+ Playlists

Le compte rendu d'une première année de cégep : des hauts et des bas!

Crédit photo : Montage par Rosalie B. Dumais
Le compte rendu d'une première année de cégep : des hauts et des bas!
J’étudie en Art et technologie des médias au Cégep de Jonquière, au Saguenay. Ma première année de cégep est officiellement terminée! Il me reste 2 ans encore à faire dans cet établissement.
 
Je vais répondre à la fameuse question que tous mes oncles/tantes/cousins/amis lointains me demandent sans cesse : « Pis, aimes-tu ça le cégep? ».
 
J’ai fait mon bilan mi-annuel en décembre dernier et j’y abordais plus le côté de la vie en appartement. Maintenant que je suis une experte de la vie étudiante en colocation, je me penche plutôt sur le côté « vie sociale » de mon intégration.
 
Alors je vous avoue qu’au début, le cégep, je n’aimais pas trop.
 
Mon programme d’étude a la réputation d’être comme une petite famille où tout le monde s’aime. Je suis débarquée à Jonquière et on dirait que tout ce que je voyais autour de moi, c’était de l’hypocrisie. Des gens qui font semblant de s’aimer très fort parce qu’ils ne veulent pas être seuls et qu’ils veulent eux aussi faire partie de la grande famille ATM. Je voyais ça et je n’y croyais pas.
 
Je me sentais comme dans ce film, parfois.
Crédit : sayitwithgif/Tumblr
 
Il faut savoir que j’ai un peu de la difficulté à me faire des amis. Je ne suis pas la plus jasante et je passe souvent inaperçue. Alors, à ma première session, je regardais tout le monde avoir pleeeein d’amis, se saouler à tous les partys et ça me faisait de la peine. Je me sentais très seule et heureusement que j’adorais ce que j’étudiais, parce que sinon, j’aurais trouvé le temps long.
 
Au début de ma deuxième session, mon copain et moi on s’est laissés. Grosse épreuve dans ma vie, mon premier breakup pis toute la patente. Le moral n’était pas au plus haut, comme vous vous en doutez bien. Par contre, cet évènement-là m’a tout de même apporté du positif : j’ai dû sortir de mon cocon habituel et aller vers les gens.
 
Toujours très awkward
Crédit : reactiongifs

 
J’ai rencontré des personnes vraiment intéressantes, qui me ressemblent, qui me font rire et qui me rendent heureuse. Ils ont réussi à me faire oublier les petits détails pas l’fun de ma vie. Je pense qu’il fallait juste que je prenne mon temps et que j’arrête de vouloir une vie sociale à tout prix, un peu comme ce que je voyais en début d’année.
 
Et après avoir discuté avec mes amis, la plupart se sentaient comme ça, eux aussi : au départ, comme des inconnus qui débarquent dans la famille, et maintenant, comme une partie intégrante de celle-ci.
 
Finalement, j’adore Jonquière. J’adore sortir le soir, juste pour aller prendre une marche avec mes amis et rentrer trop tard parce qu’on en finit plus de jaser. J’adore être à 2 minutes de chez eux et faire des soupers improvisés sur le balcon. Je trouve que Jonquière est belle, avec ses grandes rues remplies d’étudiants qui font du longboard. Je trouve que c’est une ville vivante, même si on est au Saguenay et qu’on n’est pas aussi cool et nightlife que Montréal. Je sais, j'ai l'air quétaine à dire ça, mais j'ai toujours habité très loin de ma gang, dans la campagne, alors pour moi, c'est tout un clash!
 
Je me sens bien à Jonquière maintenant. J’aime le cégep et je ne regrette pas mon choix d’avoir quitté mon nid familial.
 
Le cégep, c’est vraiment cool. C’est de l’autonomie, du fun, des études qui me passionnent et des gens incroyables. Ça a peut-être pris 5 mois à m'en rendre compte, mais ça a valu la peine.
 
Comment avez-vous trouvé votre première année de cégep?