+ Playlists

Une réflexion sur les réseaux sociaux : quand faire semblant devient un art.

Crédit photo : Montage par Rosalie Dumais-Beaulieu
Une réflexion sur les réseaux sociaux : quand faire semblant devient un art.
C’est beau de voir à quel point Internet dicte aux gens comment vivre. Je ne suis pas meilleure que les autres, je l’avoue. Moi aussi, je suis sur Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter, Pinterest, name it. C’est beau à voir parce que c’est impressionnant et universel. Tout le monde succombe à ça : publier des photos, des statuts, des stories, pour montrer ce qu’on fait. Avez-vous déjà remarqué que ce n’est jamais ce qu’on fait réellement? On magnifie toujours un peu la réalité.
 
J’ai souvent assisté à des soirées entre amis qui se retrouvaient presque entièrement dans les stories Snapchat des participants. Chacun filmait des moments de la soirée. En fait, certains fakaient des situations, question de les mettre sur Snapchat par la suite. Pourquoi? À qui veut-on montrer qu’on a du fun? À qui veut-on se prouver pour en être rendu à faker d’avoir du plaisir?
 
Je ne crois pas que c’est une soirée réussie parce qu’elle a récolté beaucoup de likes sur Facebook. Notre vie n’est pas plus palpitante parce qu’on la filme pendant 15 secondes sur Instagram. Je n’aime pas les faux moments, les fausses joies, les personnes qui s’aiment juste en ligne.
 
Je ne m’exclus pas de tout ça, je le précise. Je pense que ces temps-ci j’ai besoin de vrais moments avec de vraies personnes. Des moments improvisés, et surtout, des cellulaires fermés. Moins de statuts Facebook calculés, moins de superficialité Tinderesque, plus de spontanéité.

Crédit : weknowmemes.com
 
J’ai envie que les gens aient réellement du fun quand ils sont avec moi. Le genre de fun qui te rend tellement heureux que tu ne penses même pas à le partager. Je ne dis pas de ne plus jamais être sur les réseaux sociaux, mais juste de prendre un petit break une fois de temps en temps.
 
Ça me rend triste parfois, parce que je n’ai plus autant de plaisir qu’avant lorsque le cellulaire est le roi de mes petits soupers entre amis. Les gens de ma génération banalisent le fait de l’avoir toujours sur soi, prêt à scroller down, et ça me déçoit.
 
J’admire les gens qui ne vont presque pas sur les réseaux sociaux ou ceux qui réussissent à laisser leur cellulaire fermé. Ceux qui osent attendre l’autobus avec rien dans les mains et qui ne font pas semblant d’avoir une conversation doooooonc bien importante. J’aime les personnes qui arrivent à s’en détacher et qui ne font pas de l’appareil l’extension de leur propre bras.
 
Crédit: giphy.com

Je sais qu’il en existe encore des gens comme ça. Merci à vous. Je vais essayer de m’inspirer de vous et de dire « Lâche ton cell! » plus souvent. J’aimerais vraiment ça vivre dans un monde moins superficiel et fake.
 
Je sais aussi que c’est un peu gossant des textes comme ça parce que ça ne change pas grand-chose et que c’est encore du chialage, MAIS j’espère que quelques personnes se seront ouvert les yeux. Vous n’avez pas besoin d’impressionner qui que ce soit, vous n’avez pas à changer votre vie pour la rendre plus intéressante. Enlevez vos filtres, déposez votre cell et admirez comme la vie est belle! #Yolo pis toute, t'sais.
 
Que pensez-vous de notre rapport aux réseaux sociaux? Avez-vous des règles concernant le cellulaire lors de vos sorties entre amis/couple?