+ Playlists

L'atelier Je vêts bien : travailler l'intérieur pour mieux gérer l'extérieur!

Crédit photo : Le miroir - Frank Dicksee
L'atelier Je vêts bien : travailler l'intérieur pour mieux gérer l'extérieur!
Samedi dernier, j’ai eu la chance de participer à l’atelier Je vêts bien, animé par l’analyste en comportement vestimentaire Luc Breton.
Crédit : Jeremy Bobrow
 
Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en franchissant les portes de la lumineuse agence de mannequins Specs. Heureusement, le sourire et l’énergie contagieuse de Marie-Josée, sa fondatrice et propriétaire, ont tout de suite fait disparaître la boule d’appréhension que j’avais dans l’estomac.  

Assises en demi-lune en face d’un tableau, une dizaine de femmes âgées de 28 à 70 ans semblaient aussi fébriles que moi à l’idée de déballer leur sac (littéralement – on nous avait demandé d’apporter un sac de vêtements).

 

Première surprise : « Ben voyons! Ces femmes-là n’ont pas besoin d’aide pour mieux dealer avec leur look : elles sont SUPERBES! ». Une perception démentie par le conférencier : «95 % des femmes entretiennent un rapport conflictuel avec leur apparence. Être belle ou bien habillée ne règle pas le problème de la confiance en soi. »



En effet, les langues se sont déliées au cours de la journée. Menton trop long, jambes fortes, calvitie, gros popotin, oreilles décollées, cuisses dodues, peur de faire matante, de choquer ou de trop se dévoiler, nous avions tous des peurs et des obsessions (bien souvent non fondées, mais non moins profondément ancrées) liées à notre apparence.
 
Oui, oui, même elles doivent se trouver moches des fois!
 
Pour nous aider à dénouer notre rapport au vêtement et à l'image, nous avons commencé par tenter de comprendre d’où venaient ces mésententes que nous avions avec nous-mêmes. Celles qui nous bloquent. Qui nous parasitent. Qui sont un obstacle à notre bien-être.
 
Pour ce faire, le conférencier nous a invitées à plonger dans notre mémoire vestimentaire et nos souvenirs d’enfance. « Jusqu’à 16 ans, j’étais habillée comme ma jumelle. » « Mon père ne m’a jamais dit que j’étais belle. » « Ma mère était la seule qui avait le droit d’être sexy. » « On ne parlait pas de ces affaires-là chez nous. L’important, c’était d’être intelligent. » « J’ai toujours été le mouton noir dans ma famille. » « Je n’ai jamais eu de vêtements neufs. » « Mon père ne me donnait pas le droit de porter des jupes courtes. » Deep stuff pour un samedi matin! On a sorti les Kleenex, mais surtout, je ne crois pas me tromper en disant que nous avons toutes fait des liens inédits entre notre histoire personnelle et notre relation actuelle au vêtement, à la féminité et à la séduction... et au regard que nous portons sur nous-mêmes tous les matins dans le miroir. 

Je ne vais pas vous dévoiler tous les punchs de la journée parce que Théo va couper grave dans mon texte, mais voici 3 choses que j’ai particulièrement appréciées de mon expérience :
  1. En plus de diriger les interactions d’une main de maître, de proposer des exercices pratiques inventifs et de raconter des anecdotes truculentes tirées de sa propre expérience, M. Breton fait preuve d'un sens de l’autodérision qui aide à dédramatiser bien des choses. 
  2. ​​La franchise et l’intelligence émotionnelle des participantes (j’aurais toutes voulu les avoir comme amies!)​​
  3. La constatation qu’il y a un besoin criant pour les femmes de tous âges (et les gars, eux?) de pouvoir se confier et échanger sur le sujet de façon saine, respectueuse et constructive.  
Est-ce que le Saint-Esprit de la confiance et de l'acceptation de soi est soudainement descendu sur moi après cette journée d'atelier? Hell no. Ça, c'est le travail d'une vie. Mais se poser les bonnes questions et pouvoir compter sur l'aide de ses semblables pour trouver les réponses est certainement un pas vers la bonne direction. 

Ça vous intéresse? Les prochains ateliers Je vêts bien auront lieu le 19 septembre, le 17 octobre et le 14 novembre (250 $). En plus des ateliers, Specs et Luc Breton offriront des soirées-causeries les jeudis 8 octobre et  5 novembre (40 $ avec vin et bouchées).