+ Playlists

Real Talk : l’appropriation culturelle expliquée une bonne fois pour toutes

Vous nous connaissez : chez TPL on est contre l’appropriation culturelle. On vous rabâche les oreilles sans relâche parce que l’on croit que le respect des us et coutumes d’autrui est à la base d’une société tolérante, mais surtout d’une société en paix. Nous serons les premières à combattre l’ignorance, à dénoncer les cas d’appropriation culturelle et à mettre les pendules à l’heure.

Par contre, une histoire comme celle qui s’est passée à l’Université d’Ottawa nous laisse perplexes. Rappelons les faits : la semaine dernière, La Presse nous faisait savoir qu’une série de cours de yoga gratuits destinée aux personnes à mobilité réduite avait été annulée à l’université d’Ottawa par crainte que l’activité constitue de l’appropriation culturelle.

Crédit : Giphy
 
L’appropriation culturelle est un concept sociologique qui considère l'utilisation de divers éléments d'une culture par les membres d'une autre comme un phénomène négatif. En général, la condition préalable à la notion est que la culture d'emprunt est également opprimée par la culture faisant l'emprunt. En d’autres mots, si vous empruntez la culture d’autrui pour la juger ou la caricaturer, comme avec le blackface, vous faites de l’appropriation culturelle.

Toujours pas clair? Je vais vous donner des exemples concrets de ce qui est et n’est pas l’appropriation culturelle.

Yoga = échange culturel
Élaboré en Inde, le yoga est une méthode de développement personnel et une pratique spirituelle. Il comprend plusieurs dimensions dont les principales sont le bhakti yoga, le karma yoga, le jnana yoga et le hatha yoga. Depuis 2014, l’Inde a un ministre du yoga pour faire connaître la pratique dans le monde. Également, l'ONU a nommé le 21 juin « Journée internationale du yoga ».

Blackface! = appropriation culturelle 
Sans commentaire!

Du henné sur des têtes rasées = échange culturel 
Henna Heals représente environ 150 artistes dans le monde. Leur but est de redonner confiance en soi à des femmes atteintes du cancer. Les couronnes sont personnalisées. En plus, vous pouvez choisir parmi des motifs religieux ou symboliques ou des pensées positives. #Yasss

Coiffes des premières nations à des festivals = appropriation culturelle 
« Les plumes et les coiffes de guerre ne sont pas des chapeaux à la mode ni des déguisements. Chez les Premières Nations, les coiffes sont réservées à des personnes de pouvoir très respectées par la communauté. Les plumes, quant à elles, sont des symboles d’honneur et de respect. Elles sont, entre autres, offertes aux enfants qui passent à l’âge adulte et lors de cérémonies importantes. » Word!

Même si je trouve cette situation exagérée, cette controverse nous prouve à quel point la ligne est floue et nous démontre qu’on ne sait pas trop ce qu'est l’appropriation culturelle. En même temps, ce genre de scandale ridiculise le concept, ce qui n’est pas une bonne chose pour les minorités.

Que pensez-vous de la situation?