+ Playlists

Les collaboratrices de TPL vous racontent les pires anecdotes des fêtes!

Crédit photo : Montage : Audrey Eve Langevin
Les collaboratrices de TPL vous racontent les pires anecdotes des fêtes!
Bien que le temps des fêtes soit plus difficile pour certains, il va sans contredire qu'il est généralement synonyme de bon temps. On abuse de la fameuse tourtière de grand-maman, du punch de matante Line et on revient à la maison avec une tonne de bons souvenirs. Toutefois, il nous arrive à tous de vivre un peu plus difficilement cette période. J'ai sondé les collaboratrices de Ton Petit Look afin de récolter leurs anecdotes les plus drôles, sordides, ou encore moins amusantes du temps des fêtes. 

Les belles-familles

« La première fois que j’ai rencontré la famille à mon chum, c’était un jour de l’An et j’avais prévu sortir le 31. De fil en shooters, j’ai beaucoup trop bu et il paraît que je sentais encore l’alcool au brunch le jour suivant. J’étais vraiment lendemain de veille. Meilleure première impression! »

« J’avais quatorze ans et j’étais avec mon premier chum depuis deux semaines seulement. À Noël, je suis allée dans sa famille que je n’avais pas encore rencontrée. J’ai bu beaucoup de Tia Maria et, après le souper, toute la famille a décidé qu’on allait faire du ski, sport que je n’avais jamais pratiqué. J'ai omis de dire que je n'en avais jamais fait et je me suis lancée sur une piste noire avec mon nouveau beau-père et mes dix verres d'alcool dans le corps. J’ai pris une débarque et mon ski s’est détaché, atterrissant dans mon entrejambes. »

Abus d'alcool

« J’avais été invitée dans la famille de mon meilleur ami après mon party de famille. Ma cousine m’avait fait boire : je suis arrivée très saoule chez mon ami et je suis tombée dans le sapin devant toute sa famille qui ne me connaissait pas encore. »

« Une fois, j’ai tellement bu à Noël parce que j’avais de la peine, que je ne me suis jamais rendue à la soirée du réveillon. »

Ouch!

« Une fois, pour le jour de l’An, j’ai emprunté des lunettes de soleil trop folles au gérant où je travaillais afin d’aller à un party sunglasses at night. Trop saoule, j’ai perdu les lunettes parmi les confettis et les ballons. Je me suis mise à les chercher passé 3 heures du matin. Un gars est venu me parler et je n'étais pas dans le mood, alors je lui ai poliment demandé de me laisser tranquille. En revanche, il a décidé de me sacrer un coup de poing dans la face. »

« Quand j’avais dix ans, ma grand-mère a pilé sur mes doigts avec ses talons aiguille, sans faire exprès, et les a tous fracturés. J’ai passé la nouvelle année à l’urgence sur les anti-douleurs. »

« À 9 ans, j’ai reçu une belle boîte à musique pour y mettre mes bijoux. Afin d’entendre la mélodie, alors que la salle où le party avait lieu était bruyante, j’ai approché ma tête de la petite ballerine qui tournoyait et mes cheveux se sont vite enroulés autour d’elle. J’étais prise au piège et je pleurais en cherchant ma mère pour qu’elle m’aide. Quand elle m’a vue, elle s’est mise à rire de moi et tous les autres se sont mis à rire aussi. »

« Quand j’avais cinq ans, on passait Noël dans un chalet au nord de la Finlande et il y avait des chandelles partout. Je n'arrêtais pas de faire des pirouettes dans le salon et ma tête s’est accrochée dans une chandelle. Mes cheveux au complet ont pris feu et mon père m’a lancée par le balcon, dans un banc de neige, pour éteindre le brasier. Munie d’une nouvelle coupe champignon, tout ce que je voulais, c’était que mon père me relance par la fenêtre parce que j’avais trouvé ça vraiment drôle! »

Malade, complètement malade!

« Au secondaire, j’ai attrapé l’impétigo dans la face, pendant les vacances de Noël. Au moins, grâce à ça, personne ne voulait me faire la bise.»

« Noël, c’est ma journée préférée de l’année depuis que je suis mini. Il y a trois ans, j’ai fait une indigestion alimentaire et j’ai vomi toute la journée dès mon réveil. J’ai vomi littéralement partout dans ma maison. J’ai bu de l’eau de riz comme souper du 25. »

« J’ai attrapé la gastro et j’ai vomi sur ma cousine, couchée dans son sleeping bag. Elle ne s’est pas réveillée. »

Chicanes de famille

« J'étais dans un party de famille à 1 h 30 de route de chez moi. Je me suis pognée solidement avec ma mère et, du haut de mes 16 années rebelles, j'ai pris la décision de marcher Trois-Rivières - Montréal. J'avais les mains gelées après 20 minutes et, finalement, ma mère est arrivée en voiture à côté de moi. Toute la famille avait assisté à notre chicane, qui partait du fait que je n'avais pas envie qu'on me prenne en photo. »


Et vous, vous est-il déjà arrivé une histoire rocambolesque, sordide ou à vous tordre de rire lors du temps des fêtes?