+ Playlists

Autisme et autres stigmatisations ordinaires : un diagnostic n'est pas une insulte

Crédit photo : Montage : Myriam Daigneault-Roy
Autisme et autres stigmatisations ordinaires : un diagnostic n'est pas une insulte
Être différent, c'est beau.

Être différent, c'est une puissance et un combat à la fois. Un combat contre les préjugés. J'en sais quelque chose! Du moins, je commence à le comprendre.

Je travaille dans le merveilleux monde de l'autisme, mais je suis une neurotypique. Une moldue. Une pas autiste. Une alliée (j'espère) pour ces personnes belles de leur singularité. Je tente de comprendre leur monde un peu plus chaque jour et ça me passionne.
 
Timothy Archibald photographie son fils autiste à travers son magnifique projet echolalia
Crédit : Timothy Archibald

 
Une bien belle introduction pour vous amener à ma petite montée de lait du jour.

Ça fait environ six ans que je travaille avec les personnes autistes. Six ans que je côtoie ces personnes remplies d'étincelles. Six ans que je le remarque. Tristement, #LesGens utilisent le mot « autiste » comme une insulte. Que ce soit fait inconsciemment ou non, ça m'agresse toujours autant chaque fois. Les mots grincent dans ma tête comme des ongles sur un tableau noir.

 « Haha! Tu es une freak du ménage, tu es tellement autiste! » « J'aime les textures bizarres, c'est mon petit côté autiste. » « Elle est tellement autiste, elle ne comprend jamais rien! »

Exemples de phrases d'apparence anodines qui contribuent à la stigmatisation ordinaire. Certes, les personnes autistes ont certaines caractéristiques spécifiques. Des difficultés au niveau de la communication et des interactions sociales par exemple. Par contre, ce sont des personnes à part entière : complexes et singulières. Elles ne se résument pas à leur diagnostic.

En fait, je crois que l'on devrait mettre du liquid paper sur une couple de mots dans notre dictionnaire d'insultes. Les diagnostics ne devraient jamais servir d'insulte. Même si c'est juste pour rire.

 

Crédit : giphy

Alors arrêtons de se dire bipolaire, T.O.C, en dépression, autiste (et j'en passe) en ne se basant uniquement sur les stéréotypes associés à ces troubles. C'est shamant pour les personnes qui ont réellement le diagnostic. Célébrons la différence au lieu de la stigmatiser!