+ Playlists

« Manifeste contre la peur », le nouvel album de VioleTT Pi qui rend addict

Crédit photo : Kheira Oi
« Manifeste contre la peur », le nouvel album de VioleTT Pi qui rend addict
Le 28 avril dernier, c'était le lancement du nouvel album de VioleTT Pi « Manifeste contre la peur ». L'arrivée du nouvel album du groupe a été reçue avec plaisir, puisque la salle était remplie d'âmes venant se nourrir de l'énergie enivrante des quatre magiciens. Parce que oui, ce band est magique.
 
Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore le quatuor, first, il  faut écouter ici le streaming du plus jeune, ensuite il faut acheter l'album ici, parce que des artistes généreux qui donnent leur talent sur scène et vendent leur album 1 piastre, y'en pas beaucoup. Surtout que selon moi, ça vaut pas mal plus que ça.
 
Album Manifeste contre la peur
Crédit : VioleTT Pi/Facebook
 
Musicalement, VioleTT Pi lèche le mot « folie », l'embrasse, le mâche, pour le recracher par la voix mélodieuse et dramatique de Karl Gagnon. Sylvain Deschamps et Daniel Baillargeon font vibrer les cordes de guitares et Maxime Drouin fesse dans le drum avec du love. Leur genre électroclash aux allures grunge et à tendance alternative ne déçoit jamais. La musique est dissonante, les textes sont un nectar riche et cassant qui embaume le corps et l'esprit. Les métaphores exposent souvent des réalités tranchantes, mais la poésie vient adoucir les paroles, pour ne laisser qu'une douce égratignure, presque érotique.
 
Si je pouvais décrire l'effet de ce lancement d'album, ce serait par des larmes d'allégresse. Étant dans le pit, j'en ai pleuré plusieurs petits coups, de ressentir les épines de la réalité camouflée par une voix angélique et dure. C'était une injection d'amour et de compassion, la seringue directe dans le cœur, que VioleTT Pi est venu une fois de plus, remplir mon corps par sa magie poétique.
 
Lancement d'album le 28 avril 2016 au Petit Campus
Crédit : VioleTT Pi/Facebook
 
Merci de votre performance, de votre générosité et de vos looks qui sortent de la « normativité » de la musique québécoise. Longue vie à la fleur irrationnelle.