+ Playlists

Vivre avec le syndrome de l'imposteur, c'est pas si nice

Crédit photo : Elnur/Shutterstock
Vivre avec le syndrome de l'imposteur, c'est pas si nice
Je suis habituée depuis longtemps à vivre avec le syndrome de l'imposteur. Les personnes atteintes de ce syndrome qu’on appelle aussi le syndrome de l'autodidacte, nient tout accomplissement personnel et attribuent leur succès à la chance. Elles pensent qu’elles vont être un jour démasquées par leurs collègues, amis ou supérieurs, persuadées que ces derniers réaliseront qu’elles ne sont pas à leur place.

Peu importe où je me trouve, quoi que je fasse, je ne me sens pas à ma place. Je n’ai jamais eu de réel sentiment d’appartenance. Est-ce dû au fait que j’ai souvent changé d’école dans ma jeunesse ? Peut-être. Il faudrait demander à Freud sa vision de ce traumatisme.

 

Crédit : Giphy
Je travaille comme éducatrice spécialisée dans une Commission Scolaire. Vu les coupures gouvernementales des dernières années, je dois changer d’établissement scolaire toutes les années. Ainsi, je me sens toujours comme la p’tite nouvelle qui doit faire ses preuves, se faire des amis et essayer de ne pas trop prendre de place pour ne pas déranger. Même si j’ai fait les mêmes études que tous mes collègues, j’ai toujours cette fâcheuse tendance à les mettre sur un piédestal. C’est un peu comme si je les percevais comme des adultes et moi comme une enfant dans un monde de grands. Pourtant, je connais mes compétences, mais le réflexe de me comparer est plus fort.
 

Ceux qui me connaissent seraient surpris par ce texte parce que je ne démontre pas de manque de confiance en moi vu ma GROSSE personnalité qui paradoxalement peut en déranger plusieurs. Mais derrière cette façade de brique, se cache un grand besoin de valorisation. La seule affaire, c’est qu’à l’âge adulte, les gens sont beaucoup plus enclins à dénigrer qu’à valoriser. Il y a des festivités pour une semaine quand le p’tit pisse dans le pot, mais c’est tough de donner une p’tite tape dans le dos quand l’adulte fait un bon coup.
 

Crédit : Giphy
 
Vivre avec le syndrome de l’imposteur, c’est de ne jamais se sentir à sa place, de toujours trouver que les autres sont meilleurs. C’est de penser qu’en obtenant un « p’tit plus », c’est dû au hasard plutôt qu’au mérite. Bref, vivre avec le syndrome de l’imposteur c’est lourd en esti