+ Playlists

Au banc d’essai : le microblading, ou comment en finir avec ses pinceaux!

Crédit photo : Jessica Paquin
Au banc d’essai : le microblading, ou comment en finir avec ses pinceaux!
En scrollant votre fil d'actualité, vous êtes sûrement déjà tombées sur une publication traitant du microblading. Plus qu’une simple tendance cosmétique, le microblading – ou « micropigmentation »est une méthode de pigmentation qui vise à amplifier et restructurer les sourcils de manière très naturelle.

Au même titre qu’un tatouage régulier, il est important de trouver un.e spécialiste compétent.e et de s’informer sur la procédure à suivre pour éviter des complications, ou encore un résultat qui laisse vraiment à désirer.

Genre ça. Ugh.
Crédit : Karen Nails/Facebook

 
J'ai donc rencontré la douce Gabrielle Rainbow, tatoueuse cosmétique chez Oly Anger, dans le Vieux-Montréal, afin d'en apprendre plus sur cette pratique et de vivre l'expérience.
 
En quoi ça consiste
 Le microblading est un tatouage dit semi-permanent, soit ayant une « durée de vie » pouvant aller jusqu'à cinq ans. Gabrielle m'expliquait que ça pouvait représenter un inconvénient pour plusieurs, mais qu'à vrai dire, c'était plutôt une bonne chose si l'on considère que les traits du visage changent avec les années (t'sais!). Les sourcils semi-permanents sont ainsi réalisés de sorte à ce qu'ils soient proportionnés et en harmonie avec votre visage, et ce, tout en correspondant au look que vous désirez.

Comment ça fonctionne
 La procédure à suivre est constituée essentiellement d'une consultation pré-traitement, de deux séances de microblading ainsi que d'après-soins.
  • Consultation pré-traitement : elle vise à identifier vos besoins et à vous préparer en vue du jour J. Gabrielle vous conseille d'ailleurs de consulter son portfolio Instagram ou les photos sous le mot-clé #Microblading afin d'avoir une meilleure idée de la forme et la taille des sourcils que vous aimeriez avoir. Ce n'est pas l'inspiration qui manque!
     
  • ​1ère séance : elle est d'une durée de deux à trois heures, au coût de 400 $. Vous pouvez vous y présenter maquillée ou non, c'est à votre discrétion! Je vous pousse cependant à opter pour un mascara à l'épreuve des larmes de l'eau.

    Avant de débuter, Gabrielle prend une photographie initiale de vos sourcils, et les redéfinit ensuite avec un crayon à titre de guide. Contrairement à un tatouage « normal », aucun stencil n'est utilisé, et un gel anesthésiant est appliqué pour diminuer la sensation de douleur. #ThanksGod

    En fait, le microblading n'a pas grand-chose en commun avec le tatouage traditionnel, ni même dans la façon dont il est exécuté. Les sourcils semi-permanents sont réalisés manuellement, à l'aide d'une aiguille insérée dans un outil qui permet de la manipuler aisément. L'encre est donc grattée et non directement injectée dans la peau.

Non, mais... ce papier peint!!!
Crédit : gabriellerainbow/Instagram
  • 2e séance : elle a lieu deux mois après la première, et consiste à retoucher les sourcils pour les rendre plus foncés ou les définir davantage, à la demande de la cliente. Elle est d'une durée d'une heure, au coût de 80 $.
     
  • Après-soins : la guérison des sourcils prend environ deux semaines. Les deux journées suivant une séance, ils doivent être gardés au sec, puis délicatement badigeonnés de crème hydratante non parfumée (très important!) pendant deux semaines. Notez que la couleur peut mettre de six à huit semaines avant de s'ajuster.
Mon expérience
 Honnêtement, je ne savais pas trop à quoi m'attendre avant de mettre les pieds dans la plus que parfaite salle de travail de Gabrielle. J'étais au courant de ce qui allait se produire et de ce que ça impliquait, mais elle m'avait clairement fait comprendre, lors de notre première rencontre, que le microblading ne ressemblait pas au tatouage. C'est dire que je n'étais pas disposée à me faire une idée de la sensation et du degré de douleur que j'allais ressentir. 

 Mais, si vous voulez vraiment savoir, en sortant de chez Oly Anger, j'ai dit en joke sur Facebook que j'avais l'impression de m'être frotté les sourcils sur l'asphalte pendant vingt minutes. Oui, j'ai eu très mal, mais avec l'anesthésiant, ce n'était vraiment pas si pire sur le coup. Donc, même si ça peut être épeurant d'être un peu dans le néant, je pense que le meilleur truc, c'est justement de ne pas essayer d'anticiper la douleur et de rester positive en pensant plutôt au résultat. Gabrielle a réussi à me mettre en confiance et, somme toute, je suis très contente de mes nouveaux sourcils (haha)!

Avant, après.
Crédit : gabriellerainbow/Instagram

En conclusion, oui, c'est cher. Non, ce n'est pas permanent, mais le microblading, c'est un petit luxe qui, je pense, vaut vraiment la peine de s'offrir. Surtout quand il est fait par une artiste tatoueuse aussi adorable et talentueuse que Gabrielle!


Pour prendre rendez-vous avec elle, cliquez ici!