+ Playlists

Docteur B. : danser et théâtraliser l'épilepsie

Crédit photo : Espace Libre
Docteur B. : danser et théâtraliser l'épilepsie
C’est toujours un bonheur d’aller à l’Espace Libre. Leur programmation est diversifiée et audacieuse. Mercredi soir, j’y étais pour couvrir la pièce Docteur B. Pour le coup, j’étais accompagnée par un ami qui ne fréquente pas les théâtres autant que moi et j’avais justement hâte d’avoir son opinion sur une œuvre de création qui ne ressemble en rien à ce qu’il pouvait s’imaginer.

Docteur B. n'est pas une pièce conventionnelle. Elle se situe quelque part entre la performance, le documentaire et la danse. Ève-Chems de Brouwer signe la mise en scène, le texte, et y joue également. Son mari, Charles Behr, est aussi au texte et à l’interprétation.
Crédit : Espace Libre

Le processus de création de Docteur B. est particulier. Charles Behr est un neurologue et spécialiste de l’épilepsie. Pendant deux ans, sa femme, Ève-Chems de Brouwer, l’a accompagné à l’hôpital pour comprendre son quotidien. Au début de la pièce, elle explique comment est disposé son bureau, ce qu’il fait toute la journée, et on entend même des bribes d’entrevues entre elle et lui, et lui et ses patients.

C’est à partir de ses observations, de ses questionnements et de leurs discussions qu’est né Docteur B. Il s’agit d’une véritable immersion dans le quotidien d’un neurologue et dans les rouages du cerveau humain, sans que le tout devienne lourd ou épuisant. Il y a une légèreté, une complicité palpable et un plaisir présents sur la scène qui se transmettent immédiatement au public.
Crédit : Espace Libre

Les chorégraphies sont à couper le souffle. Le spectacle commence en force avec une crise d’épilepsie interprétée par le docteur Charles Behr qui donne le ton pour les cinquante prochaines minutes. Mention spéciale à son jeu corporel qui m’a complètement confondue. Le tout est à la fois intrigant et un peu épeurant.
Crédit : Espace Libre

Docteur B. laisse tomber les conventions théâtrales. Les deux comédiens sont très proches de leur réalité, il n’y a pas de jeu superflu, les voix sont bien posées et chaque mouvement est justifié. Le public a même droit à certaines anecdotes çà et là à propos de leurs autres représentations ou répétitions, pour un contact des plus personnalisés.

La pièce Docteur B. est présentée jusqu’au 3 décembre et elle vaut vraiment le détour.

Pour les billets, c’est ici.

P.-S. : Mon ami a bien apprécié le spectacle également! Yé!