+ Playlists

5 phrases que les personnes non monogames ne sont plus capables d'entendre

Crédit photo : Max kegfire/Shutterstock
5 phrases que les personnes non monogames ne sont plus capables d'entendre
Il y a quelques semaines, j’ai publié un billet sur les préjugés entourant les relations ouvertes et polyamoureuses. Certaines personnes sont à l’aise avec le concept, alors que d’autres sont plus sceptiques. Beaucoup de gens ont tendance à discréditer la légitimité d’une relation dès qu’elle sort du cadre monogame typique.

Quand on expérimente des relations non monogames, ça peut être assez difficile d’en discuter avec son entourage et de défendre ses préférences relationnelles.

Voici donc cinq phrases que les personnes qui s’affichent comme non monogames entendent régulièrement et les raisons pour lesquelles ces affirmations peuvent être blessantes et parfois mal orientées.

1. « Ça va mal finir, c’est sûr! »
C’est une erreur de présumer d'emblée que relation traditionnelle = living happily ever after, et que relation atypique = échec à coup sûr. J’ai plusieurs exemples de couples monogames qui ont connu des ruptures vraiment subites et difficiles. Cela dit, je connais aussi des gens en relations libres qui ont vécu des séparations saines, et vice versa.
De plus, il ne faut pas oublier que dire à quelqu’un « Ta relation va mal finir et tu vas souffrir », c’est vraiment violent et intrusif. Bien sûr, ça peut être le cas, mais ce n’est pas systématique. Il faut plutôt se demander : « Est-ce que je vois cette relation d’un mauvais œil parce que je la comprends mal? », « Est-ce que je me permettrais de dire ça à une personne en couple typique? », « Mon commentaire est-il blessant? ».
Crédit : Giphy

2. « Ça ne te dérange pas que ton chum ou ta blonde te trompe? »
L’emploi du verbe « tromper » ne s’applique pas au sens commun lorsqu’on parle d’une relation non monogame. Le fait d’avoir des relations sexuelles et/ou amoureuses à l’extérieur d’un couple principal, dans le cas d’une relation ouverte, ou avec plusieurs personnes de manière simultanée dans le cas d’une dynamique polyamoureuse, ne constitue pas une infidélité puisque toutes les personnes impliquées sont consentantes. Par contre, si elles ne le sont pas ou plus, on peut alors réellement parler de tromperie.

3. « Moi, je ne pourrais pas vivre ça! »
Je pense que c’est une erreur de réfléchir toutes les situations extérieures en partant exclusivement de soi, et ce dans plusieurs sphères. Essayer de se projeter dans une situation, puis en arriver à la conclusion que ce n’est pas pour nous, c’est une chose. Discréditer la légitimité d’un mode de vie sous prétexte qu’on ne pourrait pas y adhérer, c’est à éviter.
Pourquoi ne pas plutôt demander : « Est-ce que ce type de relation te convient, à toi? » ou « Comment orchestres-tu ta vie relationnelle? ». On démontre ainsi une attitude beaucoup plus ouverte en s’intéressant à ce que la personne choisit de vivre.

4. « Tu cherches ce genre de relation parce que tu as peur de l’engagement. »
Il s’agit ici de définir le terme « engagement ». Certaines personnes considèrent qu’il ne peut pas y avoir de réel engagement sans exclusivité amoureuse et/ou sexuelle; d'autres sont totalement capables d’investir beaucoup d’énergie, de temps et de générosité dans leur(s) relation(s) sans toutefois être exclusives et s'épanouissent davantage ainsi.

Crédit : Giphy

 
5. « C’est une phase, tu seras monogame quand tu rencontreras “la bonne personne”. »
Ah! Le concept de « the one », on pourrait en parler longtemps! Certaines personnes ne considèrent pas leurs expériences amoureuses, sexuelles, intimes, etc. comme une quête qui les mènera vers LA bonne personne. Leur mode de vie constitue plutôt un ensemble de rencontres qui leur permettent d’évoluer, dans une dynamique de complémentarité.
Pour d’autres personnes, le mode de vie non monogame peut tout à fait être une phase. Et alors? Les besoins, les envies, les désirs changent tout au long d'une vie, et le fait d’explorer différentes avenues relationnelles n’est absolument pas un problème.

Discuter de relation ouverte et de polyamour est parfois confrontant puisque c’est un sujet qui touche à plusieurs valeurs et fondements sociaux. Au lieu de faire des commentaires qui peuvent être présomptueux ou judgmental, pourquoi ne pas en profiter pour découvrir d’autres modes de vie et célébrer la diversité?