+ Playlists

Mon corps dérange et ma vie (semi-)professionnelle en souffre

Crédit photo : Taweepat/Shutterstock
Mon corps dérange et ma vie (semi-)professionnelle en souffre
Il y a un mois, j’ai comme semi-perdu mon emploi. On ne m’a pas renvoyée, mais le résultat est que j’ai dû partir. Selon la propriétaire de l’entreprise, je nuisais à l’image. On m’a reproché mon corps nu (ma photo de profil coupait bien au-dessus de mes seins). Mon corps dérange et pourtant, on ne le voit pas. On m’a dit aussi de faire un choix entre être un modèle pour photographe... ou ma job… comme si je ne pouvais pas faire les deux, t'sais!

On m’a reproché mon immaturité face à cette situation, mais je n’y vois qu’une ligne bien franche entre mes valeurs et ce que je représente pour une compagnie. Si un.e patron.e ne peut comprendre qui je suis, pourquoi devrais-je donner mon temps à ceux.lle-ci? J’ai essayé de voir la situation d’un point de vue financier (je n’ai plus de source de revenus et je suis déjà broke, #LolPasLol), et même en voyant ce côté-là, la situation ne passait pas.
 
I'm kind of a big deal
Crédit : Giphy

C’est comme si c’était trop pour moi. En plus d’avoir perdu un emploi que j’aimais vraiment, j’ai perdu ma source de revenus. C’est un stress de plus qui me cause beaucoup d’anxiété et qui me fait souffrir énormément. Des proches m'ont conseillé de faire appel à la justice, mais pour le moment, je ne ressens ni le besoin ni la force d'y recourir. L'entreprise est une PME et je sais qu'elle a ses difficultés et j'aime trop mon domaine (précaire) pour lui faire du mal. 

Dans ma recherche d’emploi, j'inviterai les employeurs à consulter ma page Facebook. Je ne sais pas encore si c’est une bonne idée, mais cela m’évitera peut-être une source de conflit dès le départ. On dira bien ce que l’on veut, mais les médias sociaux, je les vois un peu comme une extension de nous-mêmes. J’en fais personnellement partie puisque je suis consentante à y partager une partie de moi, de qui je suis, et ce, de façon publique.

Ma petite histoire, probablement que plein l’ont déjà vécue. Je me suis demandé si ce n’était pas moi le problème. Pourtant, je n’ai pas honte de ma photo et je ne suis pas désolée de m’exposer. Ce qui me frustre le plus dans tout ça, c’est un sexisme bien caché. Si j’étais un so-called-boy, jamais cette situation ne serait arrivée. On n’aurait pas questionné ma nudité. Encore une fois, mon féminisme souffre.
 
Jess nous parle de féminisme
Crédit : Giphy
Je ne me suis jamais sentie autant humiliée, et pourtant, j’ai fait le choix de partir. Je me demande encore si je ne suis pas tête de cochon et si je devais changer cette photo. J’ai exploré la voie, mais je pense toujours que j’ai bien fait. C’est peut-être l'opportunité d’explorer quelque chose d’autre? Je me dis que c’est une expérience de vie. Cela ne fait pas de moi une mauvaise personne ni une mauvaise employée.

D’ailleurs hier, entre un fou rire et des pleurs, avec mon épouxe et ma pote, j’ai trouvé un crayon à dessin par terre. C’est peut-être un signe…