+ Playlists

Salut, les pin-up! Le nouveau logo de la boutique Kitsch’n Swell

Crédit photo : Julieta Rosibel
Salut, les pin-up! Le nouveau logo de la boutique Kitsch’n Swell
Le 8 février dernier, j’étais vraiment tout excitée d'aller faire un tour chez Kitsch’n Swell au 3972, boulevard Saint-Laurent à Montréal, pour fêter le 3e anniversaire de la boutique et assister au dévoilement de son nouveau logo. C’est au son de la musique de Bloodshot Bill, un artiste de la scène rockabilly, et entourée de plusieurs personnalités du milieu des pin-up et du burlesque que Karine Gauthier, propriétaire de la boutique, nous a tous accueillis.
Crédit : Julieta Rosibel

Le nouveau logo de Kitsch’n Swell a été créé par l’artiste Maly Siri, qui a, entre autres, illustré le livre Pin-up Art (Soleil Production, 2015). Rempli de superbes images de pin-up d’antan et d’aujourd’hui, il était disponible sur place et l’artiste était présente pour le dédicacer.
Le logo illustre à merveille le concept de la boutique : un amalgame de pin-up, de taxidermie et de l’exotisme du tiki. Très fan du style pin-up (et surtout des imprimés léopard), j’ai été réellement séduite par cette image! D’ailleurs, y avez-vous reconnu Karine? Cette œuvre ornera bientôt la devanture de la boutique!
Crédit : Jean Goulet

J’ai rencontré Karine Gauthier et découvert sa boutique à l’automne 2015, lorsque j’ai participé au défilé du Festival Burlesque de Montréal comme mannequin. En fait, la boutique a ouvert en 2006, avant d’être rachetée en 2013 par Karine. Avec ses airs de cabinet de curiosités, Kitsch’n Swell est un incontournable pour les adeptes de la mode des années 1950. Mais ce sont les lunettes Cat Eye, les beaux sacs à main et un ensemble de lingerie (léopard bien sûr!) qui m’ont fait briller les yeux.
 
J’ai profité de l'événement pour admirer les tenues des invités : parfois chics, parfois coquettes ou totalement sexy... Même un chien tout mignon était de la partie! Pour inspirer la pin-up en vous, je vous présente, en photos, mes looks préférés de la soirée :

Crédit : Julieta Rosibel​