+ Playlists

La tyrannie des calories

Crédit photo : jackmac34/Pixabay
La tyrannie des calories
Ça fait des années que je tente de me déprendre du sucre (entendre desserts). Ce sucre honni et cancérigène, addictif et inessentiel. Je réussis quelques semaines, voire quelques mois, mais je craque, toujours. J’ai lu quantité de livres sur l’alimentation sans jamais trouver ce qu’il me fallait. Trouver mon régime alimentaire idéal : voilà un parcours qui m’habite depuis longtemps.

J’ai voulu être végétarienne pendant des années. J’adore les fruits et les légumes, pour vrai là. Peine perdue, je craque constamment pour la viande grillée. L’été, les BBQ, le petit vino, et je dis out au tofu. Je mords à belles dents dans la chair. Et que dire de la crème-glacée? Maman, on va prendre un cornet chez Archi-crème? Euuuuhhhh… #HésitationDeComédienne Je prenais un sorbet, me disant que c’est moins pire. Mais, on va se le dire, c'est tellement moins satisfaisant que le real thing. T'sais, un cornet au chocolat, y’a rien de mieux.

Vegan, paléo, sans gluten…
J’ai tâté du côté vegan quelques mois. J’ai découvert des super recettes, le seitan que je fais moi-même, le tempeh, le miso que je mets partout, les algues, les champi de toutes sortes, sans oublier le tofu apprêté de cent façons en un tour de main. Vraiment bon tout ça. Et la philosophie végane me rejoint : se sentir liée à l’environnement, en accord avec celui-ci, en respectant notamment les animaux. L’industrie agro-alimentaire de masse pouvait bien aller se faire voir.

J’ai presque tout cuisiné le Veganomicon, vous connaissez? Écrit par deux activistes culinaires de New York, Isa Chandra Moskowitz et Terry Hope Romero, ce livre m’a ouvert au monde du « sans viande » avec bonheur. Toutefois, c’est ma fille qui a moins apprécié. La guerre était pognée à table chaque souper. Lassée de me battre, j’ai plutôt fait un mix en recommençant la viande, mais bio et locale.
Ensuite, j’ai tâté du côté du sans gluten et du paléo… dur dur de résister au pain de blé, aux croissants full beurre, au riz et autres céréales que j’avais appris à cuisiner dans mon trip vegan.

Extrême, me direz-vous. Oui, c’est bien de moi dont il est question, passionnée en tout.

Mangez!
Je suis tombée par hasard sur ce livre de Guylaine Guevremont Mangez! : un livre antirégime, prominceur et progourmandise (La Presse, 2006). Cette nutritionniste déboulonne les régimes et autres prescriptions alimentaires pour ouvrir la porte aux envies et aux goûts de chacun. Les modes en alimentation ont surtout comme effet de nous culpabiliser. Guevremont propose plutôt de suivre sa faim comme seule boussole dans l’océan de la bouffe, sucre compris.

Le corps détecte les calories, peu importe que ce soit une calorie de gâteau ou une calorie de céleri. Si j’ai envie de gâteau au chocolat et que je me bourre de céleri à la place, l’envie de choco ne passera pas. Je mangerai donc ce gâteau finalement, mais l’estomac déjà plein. Je le mangerai sans faim.
Sa philosophie est de manger len-te-ment trois repas et trois collations sans mettre de côté les too much : trop engraissant, trop gras, trop sucré, trop salé, trop pas-santé.

C’est comme réapprendre à manger seulement quand on a faim et de s’arrêter quand la satiété sonne. Manger selon ses envies sans culpabiliser. Ça me rappelle mes fêtes d’enfants : les assiettes de gâteau étaient encore remplies quand nous quittions la table pour continuer à jouer. Nous n’avions plus faim, c’est tout. Ben, c’est le principe du livre.

Les interdits
Inconsciemment j’ai construit une armoire mentale digne de l’enfer du lobby anti-sucre : la crème, le choco, les gâteaux, les bonbons, les tartines, la crème-glacée, les biscuits... Je redoute le pouvoir de ces aliments, comme si je perds le contrôle quand ils franchissent ma bouche. Toutefois, en plaçant des aliments dans la section interdite, j’ai juste envie d’aller piger dedans.

La lecture de Mangez! m’a réconciliée avec mon armoire d’interdits. En fait, il n’existe aucun aliment maudit, encore faut-il les manger len-te-ment avec appétit et s’arrêter quand la faim est comblée. Et tout ça bien sûr en s’alimentant correctement, fruits-légumes-protéines-céréales complètes, mais ça, nous le savons.

Ma prochaine crème-glacée sera dé-li-ci-eu-se! #SeDébarasserDesInterdits