+ Playlists

Lettre à toi qui t’es fait tromper, je comprends ta colère

Crédit photo : Vero Photoart/Unsplash
Lettre à toi qui t’es fait tromper, je comprends ta colère
Chère personne qui s’est fait tromper, j’aimerais ça te jaser deux secondes. 

Chez TPL, on n’est pas trop fan de faire des lettres, mais comme c’est un sujet personnel, je voulais te parler plus directement. C’est pour ça que je vais aussi te tutoyer. Ce que je vais te dire, tu en fais ce que tu veux, mais j’espère que ça va t’aider à comprendre certaines choses. 

La première chose que je veux te dire, c’est que ce n’est pas de ta faute à toi, si ton partenaire t’a trompée. C’est plate, parce que c’est sur toi que la marde tombe en ce moment. Tu as sûrement perdu confiance en un paquet de gens, mais une personne qui décide de faire le move de tromper une autre prend la décision par elle-même.

Ce n’est pas de la faute de l’autre personne ou des autres personnes, même si c’est toujours plus facile de détester une personne qui n’a rien à voir avec sa vie et pour laquelle on ne ressent pas d’amour.

Pour vrai, la vie suck. C’est super chiant de vivre ça et tu ne le mérites pas. Tu n’as rien fait pour pousser l’autre personne à faire ça. Tu n’es pas moins qu’une autre. Ce n’est pas toi qui n’étais pas assez.
 
Je sais que tu as vraiment mal en ce moment. Je connais le sentiment de se faire dire qu’on est cocue. Les joues qui chauffent. Les oreilles qui sillent. Le cerveau qui tente de faire des liens, qui essaie de comprendre. Les réponses au pourquoi du comment qui ne viennent pas, les détails qu’on veut savoir sans vraiment le vouloir.

« C’était-tu le fun? Pourquoi? Quelle position? Vous avez parlé après? L’autre personne sait-elle que j’existe? Pourquoi, juste pourquoi, câlisse? »

Je comprends que tu dois haïr tes ami.e.s s’ils.elles étaient au courant. Je comprends comment tu dois être fâchée contre la terre entière, en commençant par toi, la nouille qui n’a pas pu détecter les moindres signes de ce qui se passait. Le sentiment de se dire que finalement, tu le savais, mais que tu as fermé les yeux. 

Ce que j’ai envie de te dire, c’est de vivre ta colère, de prendre le temps de prendre ton temps. D’évaluer les prochaines étapes. D’en parler à qui tu veux en parler, le plus possible, même si tu penses que tu parles juste de ça. De pleurer aussi. De crier. De dire les quatre vérités à la personne qui t’a fait ça, qui a brisé ta confiance et qui va faire que tu vas sûrement te poser des questions sur tes relations pour le reste de ta vie. 

Après, que tu prennes ton temps pour décider si tu restes avec la personne qui t’a trompée ou de partir. Que tu décides d’aller en thérapie ou d’exiger à l’autre de gérer ses shits. Ça, c’est ton affaire. Les gens vont avoir tendance à vouloir te protéger. Ce n’est pas une question de chemin parfait, anyway, il y aura une garnotte dans tes sandales pendant un moment. Personne ne peut décider comment tu te sens et comment tu veux te réparer. 

La seule chose que je te demande, si ça ne te dérange pas, et si tu penses que ça peut te faire plus de bien que de mal, c’est de ne pas rester seule avec ta souffrance et te répéter que ce n’est pas de ta faute à toi. 

Tu ne peux pas porter le poids d’une action que tu n’as pas faite. C’est tout. 
J’espère que ça va aller mieux.