+ Playlists

Bières et découvertes à La Soirée des Brasseurs de Shawinigan

Crédit photo : Veex/PIXABAY
Bières et découvertes à La Soirée des Brasseurs de Shawinigan
Il y a quelques jours, j’ai assisté, pour la troisième année d’affilée, à la Soirée des Brasseurs de Shawinigan.

Cet événement brassicole, qui tenait les 11 et 12 août derniers sa 8e édition annuelle dans la ville mauricienne, peut se targuer d’avoir une popularité et une réputation qui s’accroissent d’année en année et qui ne sont plus seulement locales depuis un bout de temps : des autobus étaient prévus pour assurer l’aller-retour de participants trifluviens, montréalais et de Québec, le soir de la dégustation sous chapiteau (samedi le 12).

De plus, aux 15 minutes, des navettes gratuites faisaient le lien entre le site et plusieurs stationnements incitatifs, dont le plus grand (celui du Centre Gervais-Auto, l’amphithéâtre municipal) servait gratuitement de site de camping. Les autobus de ville étaient aussi gratuits sur présentation du bracelet qu’on se faisait remettre à l’entrée du site. L’événement incluait aussi des spectacles musicaux de 5 groupes locaux, gratuits eux aussi. Règle générale, l’organisation et la logistique étaient très bien gérées!

Présentée notamment par la microbrasserie Le Trou du Diable, une autre grande fierté locale, la Soirée rassemblait sous un immense chapiteau une trentaine de microbrasseries aux abords de la rivière Saint-Maurice, dont 26 d’ici et 4 d’ailleurs : Oxbow Brewing Company de New Castle dans le Maine, Beau’s et Halcyon Barrel House en Ontario et Cantillon de Bruxelles, en Belgique. Ces microbrasseries présentaient un total de 150 bières, toutes plus spéciales les unes que les autres. Le chapiteau faisait se côtoyer les kiosques de bouffe de quatre restos locaux et la scène où se produisaient les spectacles.

Dès 13 h, jusqu’à 23 h, on avait accès au site pour 10 $ et on recevait un sympathique petit verre ballon d’une capacité de 9 onces (mais une mesure à 4 onces), ainsi que le bracelet fluo qui témoignait de la légitimité de notre présence. Ensuite, aux kiosques de chacune des microbrasseries, les bières de dégustation se vendaient entre 3 $ et 5 $.

Normalement fan de bières foncées, mais ayant une #PassionFleurs ces temps-ci et une curiosité pour les boissons moins conventionnelles, mon œil a été particulièrement attiré par les champs lexicaux végétaux sur les ardoises. Étant arrivée tard, j’ai pu goûter à quatre bières : L’Apaisante de Lagabière, une Witbier (blanche belge) à la camomille ; L’Ensorceleuse de Bedondaine & Bedons Ronds (quel sympathique nom pareil), au miel de fleurs sauvages, graines de coriandre et écorces d’orange ; la Réincarnation à la pêche du Saint-Bock, une Berliner Weisse (blanche de Berlin) ; et finalement, une bière choisie par mon chum en fin de soirée, la Quaker Stout de chez Siboire, qui est une bière sombre aux grains torréfiés, à l’avoine.

Somme toute, il s’agit d’un événement assez couru, dont l’achalandage et le brouhaha qui complique les communications augmentent avec l’heure : donc si on est un tantinet agoraphobe, il faut éviter de s’y présenter en soirée et privilégier l’après-midi. Je n’en retiens que de bons souvenirs d’année en année, et je vais très certainement vouloir y retourner en août 2018, peut-être s’y verra-t-on!