+ Playlists

Ce qu’implique le fait d’avoir une soeur « parfaite »

Crédit photo : VisualHunt
Ce qu’implique le fait d’avoir une soeur « parfaite »
Ma grande sœur et moi avons environ dix ans d’écart. En grandissant, nous n’étions donc jamais au même niveau. Lorsqu’elle est passée par la crise d’adolescence, les sorties, les premiers petits amis et tout ce qui s’en suit, je venais de commencer le primaire. Lorsqu’elle est entrée à l’Université, je venais d’entrer au secondaire. Ça vous donne une idée de la raison pour laquelle ma sœur et moi n’avons jamais eu une relation très forte. Nous nous aimons beaucoup, pas de doute là-dessus. Par contre, elle n’a jamais été ma confidente, ma plus proche amie, celle avec qui je pouvais tout partager. Nous étions en plus trop différentes.

Elle a plutôt été un modèle. Car ma sœur a réussi. Avec brio, à part ça! Dans toutes les sphères. Et elle a continué à réussir. Elle a donc toujours été un objectif à atteindre dans mon esprit. Un programme avancé au secondaire, les meilleures notes de la classe, une université prestigieuse, des bourses à n’en plus finir, bref, elle m’impressionnait et continue de le faire, accumulant les promotions et les congratulations à son travail.

Il est donc difficile de ne pas se comparer. Ma mère, elle, n’a jamais voulu le faire, mais elle ne pouvait s’en empêcher, sans s’en rendre compte. Et croyez-moi, ça frappe. Surtout lorsque je voyais (et vois encore) ma mère si fière. Je voulais lui procurer cette même fierté. Je la lui procure déjà et je le sais, mais une partie de moi-même se dit encore que je ne pourrai jamais atteindre le niveau de cette sœur proche de la perfection. Certains pourraient le voir comme une motivation, mais, pour moi, elle a constamment été, tout au long de ma vie, cette pression supplémentaire de faire plus et de le faire sans erreurs. À plusieurs reprises, j’ai senti que c’est le chemin que je devais suivre et que je décevrais si ce n’était pas le cas.

Eh bien, je l’ai suivi. Et aujourd’hui, je suis exténuée. J’aimerais beaucoup voir ma sœur exactement pour qui elle est censée être, c’est-à-dire seulement ma sœur. Je voudrais l’admirer sans avoir à me rabaisser par le fait même. Je souhaiterais que ce que je fais soit assez bien pour moi. Mais c’est ce qu’implique le fait d’avoir une sœur « parfaite ». Des doutes, de la pression, des questionnements, se sentir toute petite dans ses souliers lors des soupers en famille.

J’attends le jour où mon cerveau la descendra de son piédestal et où je réussirai à être fière de moi sans impliquer quelqu’un d’autre dans l’équation. Toutefois, plus le temps avance et plus je me sens devenir son égale, petit à petit. Oui, j’ai peut-être réalisé certaines choses parce que je voulais faire comme elle, mais my god que je les ai bien réussies, et ça, ce n’est pas rien!