+ Playlists

#MoiAussi rencontre le Parti Vagin

Avez-vous remarqué les dessins de vulves un peu partout dans le quartier Hochelaga à Montréal?

Les créatrices du projet, les Colleuses de Vulves du Parti Vagin, ont écrit un message en réaction au mouvement #MoiAussi et l’équipe de TPL tenait à le partager.

#MoiAussi : Reprenons l’espace public!

Le mouvement #MoiAussi nous touche beaucoup. 

Comme bien des femmes, nous avons souvent été victimes de harcèlement de rue sous toutes ses formes. Le jour, on arrive parfois à rire de ces incidents, par après. Lorsqu’on se fait insulter, on continue notre chemin, tremblante, et bien vite, on enfouit tout ça, on essaie de ne plus y penser. Mais dès la tombée de la nuit, une petite voix nous répète que l’espace public n’est pas un endroit pour nous ; pas un endroit où l’on peut se sentir en sécurité en tout cas. 

Un jour, nous nous sommes lancées dans un projet qui nous a permis de vivre la nuit autrement. 

En petit groupe, nous avons commencé à coller des vulves sur les poteaux de la ville. L’idée du projet : réfléchir à l’iconographie de la vulve, lui donner une présence dans l’espace public, de la même manière qu’on voit souvent des dessins de pénis griffonnés un peu partout. 

Puis, le projet a pris vie, s’aventurant dans des chemins qu’on n’avait pas prévu explorer. L’une des satisfactions qu’il nous a apportées, ça a été de nous réapproprier les rues, la nuit. Voir ses propres œuvres sur son chemin pour aller travailler, c’est grisant. Les coller un à un, c’est un gros cri dans la face de tous les misogynes de ce monde. Nous existons dans l’espace public. Même si notre projet est anonyme, notre voix est entendue.

Et c’est pour ça que nous avons décidé de lancer l’idée à toutes les autres #MoiAussi de ce monde : faites-vous entendre! Reprenez le contrôle de vos rues! Affichez de la poésie, des dessins, tout ce qui vous pèse sur le cœur, des encouragements aussi, enfin, tout ce que vous aurez envie de dire! Si les poteaux de la ville sont un endroit où l’on peut afficher sa vente de garage ou son chat perdu, l’art devrait y être également bienvenu!

La peur de marcher seule le soir ne disparaitra pas forcément par la suite. Mais il est temps de rappeler à ces agresseurs qui nous effraient que nous ne sommes pas que des victimes potentielles ; nous sommes des êtres humains complexes, et la rue nous appartient tout autant!

Au plaisir de découvrir vos projets dans les rues,

Les Colleuses de Vulves du Parti Vagin