+ Playlists

Mythomanie, ou quand mentir devient pathologique

Crédit photo : Hey Paul Studios/Visual Hunt
Mythomanie, ou quand mentir devient pathologique
J'ai une forte tendance à l'exagération. Je ne suis pas toujours consciente que j'exagère, je m'en rend compte souvent en ayant un peu de recul sur la situation. La raison pour laquelle j'exagère est bien simple : je suis hypersensible. Je ressens tout avec un zoom x 100. Ça fait en sorte que j'ai de la
difficulté, parfois, à distinguer le vrai du faux, et j'ai de la difficulté à bien saisir la part des choses.

Je n'irais pas jusqu'à dire que je mens, car ce n'est absolument pas le cas. Je suis tout à fait honnête quand j'exprime mes émotions. Je ne suis tout simplement pas capable de distinguer correctement les implications d'une situation. Je me suis souvent faite traiter de mythomane ou de fakeuse. Pourtant, ce n'est pas exactement le cas.

Un jour, j'ai fais la rencontre d'une femme ayant un passé vraiment extraordinaire. Dans la jeune vingtaine, elle semblait avoir tout essayé. Elle était impressionnante avec toutes ses histoires : c'était à la limite incroyable. Avec le temps, on est devenus plus proches et j'ai commencé à la voir avec mes ami.e.s de longue date. Elle discutait avec eux.elles de tout ce qu'elle avait fait. Leurs visages ébahis trahissaient la même impression que la mienne : c'est beaucoup pour une si jeune femme.

Mon instinct avait un petit doute. Un de mes amis a effectué un petit check et a réalisé que tout ce dont elle parlait se passait à Los Angeles, alors qu'elle disait que ça c'était produit au Québec. Quand je lui en ai parlé, son seul argument était qu'elle était là... Nous devions la croire sur parole. C'est à ce moment que j'ai compris qu'elle était réellement mythomane, qu'elle nous mentait tout le temps. Je n'ai pas insisté, parce qu'elle souffre d'un trouble de personnalité limite et qu'elle n'a même pas conscience de ses mensonges. Ou, du moins, elle ne les avoue pas.

C'est bizarre comme sentiment quand on se fait mentir sur la vie entière d'une amie. C'est étrange de devoir entrer dans son jeu pour ne pas trop la bouleverser. Mais c'est par-dessus tout frustrant de ne pas arriver à lui dire : « Tu sais, même si ta vie a été totalement merdique jusqu'à maintenant, même si la vie t'a déçue très jeune, tu es une humaine que je respecte totalement et que j'apprécie. » 

Je suis complètement consciente du caractère pathologique de ses mensonges et je vis avec, mais j'aimerais sincèrement qu'elle réalise qu'elle n'a pas besoin de mentir, du moins, pas avec moi...

Crédit : Giphy