+ Playlists

Un temps des Fêtes sans commentaires plates

Crédit photo : Rachel Park/Unsplash
Un temps des Fêtes sans commentaires plates
J’ai un petit goût amer en bouche.

Amère d’entendre tout le monde parler de leur poids comme de la pluie pis du beau temps.

Amère d’endurer les insécurités de tout le monde qui hésite à se prendre un morceau de bûche ou à se resservir de la tourtière.

Amère de me sentir laide pis toute croche à l’intérieur chaque fois que j’entends des félicitations pour des pertes de poids.

Pis je le sais que le point culminant de ce mal-être-là s’en vient. Il s’en vient en courant pis y perd pas de temps. Il arrive au même moment que ma période préférée de l’année. Accompagné de décorations, de bons petits plats réconfortants et de moments en famille ou entre ami.e.s, le concours de qui est le plus mal dans sa peau a lieu en même temps que les Fêtes. Pis c'est si plate qu'un temps de réjouissances et de réunions soit taché par des commentaires qui font mal. 

« Bravo, t’as ben perdu du poids! » est une phrase qui me fait tellement de peine. Parce que si on félicite quelqu’un pour sa perte de poids, c’est qu’on sous-entend qu’iel s’éloigne d’avoir un gros corps. Et moi, qui suis juste à côté avec toute ma masse, je me sens donc bien laide. Parce que j’en ai un gros corps. Pis que je l’aime pas mal tout le reste de l’année. Mais entendre en rafale pendant une à deux semaines que ce n’est pas beau être gros.se, c’est assez dur de se valoriser.

Cette année, j’espère pouvoir me construire une carapace assez forte pour ne pas me laisser atteindre par ça. Chaque fois que j’entendrai cette phrase, je me dirai à mon moi-même un compliment sur mon physique. Parce que j’ai le droit de m’aimer.

« Faut pas manger ça trop souvent haha! » est une phrase qui m’horripile. Je n’ai pas à sentir votre jugement sur mes choix alimentaires. Je n’ai pas à subir vos insécurités qui se rajoutent aux miennes. Laissez-moi manger, je sais ce que mon assiette contient et m’apporte. C’est déjà assez difficile de ne pas laisser ma grossophobie internalisée (mes propres commentaires pas gentils) prendre toute la place.

Cette année, j’espère pouvoir répondre à ce jugement camouflé. L’humour sera mon plus grand allié.
Crédit : Les folies passagères/ Instagram
 
« Après les Fêtes, on s’entraîne. » Tant mieux si vous sentez que votre corps manque de force, de tonus, que votre tête a besoin de respirer, que vous vous sentez lourd.e et que vous voulez changer vos habitudes de vie. Je suis d’accord et je vous encourage à foncer dans ce projet. Mais si, encore une fois, vous m’en parlez parce que vous désirez perdre du poids, merci de changer d’interlocuteur-trice. Les mots me jouent dans la tête et me rendent malheureuse.

Le poids et l’alimentation ne sont pas des sujets à aborder sans délicatesse. Pour moi, c’est un sujet intime comme la sexualité. Je ne parle pas de ma vie sexuelle autour du plateau de fromages, je m’attends à ce qu’on fasse de même en ce qui a trait à nos corps. Nous avons tous.tes une relation différente par rapport à ça. Il serait respectueux et bienveillant de garder ces sujets pour des gens que vous connaissez très bien et que vous savez que ça n'affecte pas.

En gros, changez donc de sujet! On en sera tous.tes reconnaissant.e.s!

En vous souhaitant un heureux temps des Fêtes sans commentaires plates!