+ Playlists

Vivre avec l'acné kystique

Crédit photo : ArtsyBee/pixabay
Vivre avec l'acné kystique
Du plus loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours fait de l’acné kystique. Je me rappelle aussi des moments où j’ai dû prendre des antibiotiques parce que certains de mes boutons s’étaient infectés et répandus dans l’ensemble de mon visage, sans même que je ne les aie touchés. Je vous avouerais que j’ai souvent eu peur pour ma santé, surtout avec ma face de Mister Hyde (oubliez le Docteur Jekyll dans ce cas-là!) tout enflée, à cause de mon acné kystique.

                                                                                                       Crédit : Giphy

L’acné kystique, ça fait mal – horriblement mal. Ça fait mal quand je parle, quand je ris, quand je souris, quand je mange, quand je ne fais absolument rien. J’ai des phases plus intenses où je peux avoir un à cinq kystes en même temps. Ils sont souvent concentrés autour de ma mâchoire, de ma nuque, de mes joues et près de mes yeux. Parfois ceux-ci restent sur mon visage jusqu’à un ou deux mois. Vous comprendrez que non seulement c’est douloureux, mais c’est aussi parfois très laid.

Je ne vais pas mettre des gants blancs pour vous parler de mon acné, car les gens n’en mettent pas vraiment pour m’en parler. Des inconnus m’approchent parfois pour me suggérer des produits (j’ai tout essayé, alors merci, mais non merci!), mes proches me font souvent remarquer que j’ai un gros bouton (merci pour votre belle délicatesse!) et parfois, des gens vont jusqu’à TOUCHER mes boutons.

Vous êtes surpris.e.s? C’est juste la vérité!

                                                                                                          Crédit : Giphy

En passant, l’acné kystique ne relève pas de malpropreté, de mauvais produits utilisés, de visage pas assez nettoyé ou d’âge… C’est une condition de peau, tout simplement. La seule solution que je puisse envisager en ce moment (selon mon médecin) est de faire une séance dermatologique qui consiste à brûler et limer mon visage. Ça va être correct, je passe mon tour!

Avec le temps, j’ai appris à vivre avec mon acné kystique et les cicatrices que celle-ci laisse sur ma peau au fil des années (surtout sur les joues et sur les tempes). Voici mes petites astuces pour apprendre à dealer avec cette (mautadine) de condition de peau poche.

Ne pas jouer avec les boules de bowling dans son visage (j’essaie de détendre l’atmosphère)
Bon, ça l’air facile à dire de même (surtout quand on en a un vraiment énorme et un peu blanc), mais péter ses boutons kystiques (même avec le truc de l’aiguille désinfectée lol) est de loin la pire chose à faire. Non seulement on endommage encore plus l’état de notre peau, mais en fin de compte, un kyste, c’est une chaudière de sang et de pus : rien de moins. Désolée pour les âmes sensibles, les gens avec de l’acné kystique vont très bien se reconnaître là-dedans! Laissez faire la pâte à dents et les produits super asséchant… Pour ma part, je fais des compresses d’eau chaude citronnée et je suis (j’essaie) d’être patiente, afin de laisser le temps faire disparaître l’enflure dudit bouton.

Découvrir le maquillage/BB crème/natural look
Tout ça s’est fait sur l’étendue de plusieurs années. J’ai commencé à me maquiller en 2016, suite à une soudaine passion effrénée pour le monde des cosmétiques. D’ailleurs, j’utilise les meilleurs produits pour mon type de peau et je me démaquille TOUJOURS avant de me coucher. Aussi, pensez toujours à nettoyer vos pinceaux et éponges, car cela évite les bactéries d'infecter encore plus vos boutons.

Est-ce que je me maquille tous les jours? Non. Je suis trop paresseuse pour ça et mon mode de vie étudiante-employée ne me permet pas toujours de prendre ce précieux temps pour moi. Une BB crème pour aussi aider à camoufler les bad acne day et bien sûr, laisser sa peau respirer un peu est toujours une bonne chose. Notez qu’il n’y a ZÉRO jugement ici, on parle juste de ce qui est plus juste pour une condition de peau telle que l’acné kystique.

                                                                                                                 Crédit : Giphy

Accepter, tout simplement
Ça aussi ça l’air easy breezy beautiful à dire, et laissez-moi vous confier que l’acceptation pour mon visage parsemé de balles de tennis ne s’est pas fait du jour au lendemain. La plupart du temps, c’est surtout moi qui mets de l’accent sur mon acné. J’utilise souvent l’humour pour en parler et ainsi rendre les gens plus confortables quand je vois leurs yeux sortir de leur tête en voyant un bouton qui fait parfois presque deux par deux centimètres (je suis sérieuse). Il faut comprendre que la curiosité fait partie de la nature de plusieurs personnes et que c’est parfois difficile pour eux de contenir leurs réactions. C’est plate, je sais, mais à la fin de la journée plus personne ne se souvient de mon bouton sur le menton!

Je sais que ça fait mal, qu’on a parfois envie de s’arracher le visage (littéralement) et qu’on voudrait une peau de bébé, mais… À voir la peau de ma mère (et d’autres personnes de ma famille), je ferai de l’acné kystique toute ma vie. Au final, je n’ai pas seulement décidé de l’accepter, mais aussi de voir cette situation comme une partie de moi, tout simplement. 

                                                                                                     Crédit : IG mom