+ Playlists

REINE, la web-série qui veut refléter la beauté de la diversité

Crédit photo : REINE-la web série/Facebook
REINE, la web-série qui veut refléter la beauté de la diversité
Diversité dans les médias rime avec manne! C’est dans cette optique que REINE a été engendrée avec comme instigatrice Sandra J. Mathieu, avec sa triple casquette de réalisatrice, scénariste et productrice. « REINE est une série qui cherche à briser les barrières au sein de la communauté québécoise », et Sandra nous en parle un peu plus en répondant à quelques questions :
 
Crédit : REINE-la web-série/Facebook

1. Comment a débuté l’aventure REINE?
L’aventure Reine a débuté lorsque mon amie Rachel et moi discutions du contenu des émissions québécoises francophones actuelles, et à quel point elles ne nous ressemblent pas et que nous avons de la difficulté à nous identifier aux personnages ou nous accrocher au récit. Nous avons alors commencé à nous interroger sur le type d’émissions que nous aimerions voir et c’est comme ça que Reine est née! 
 
2. Pourquoi REINE?
Trouver un titre n’a pas été facile, mais nous avons décidé d’y aller avec un titre simple.
Pour moi, une REINE représente toutes celles qui ont gardé le silence trop longtemps et qui décident maintenant de s’affirmer. Prenons exemple sur l’ensemble de ces femmes qui ont dénoncé leurs agresseurs avec le mouvement #MeToo après avoir gardé le silence pendant plusieurs années, ce sont des REINES. En somme, toutes celles qui décident de prendre leur place, de prendre la parole et de raconter leurs versions de l’histoire, ce sont des reines et c’est un peu ce que nous voulons faire avec la série.
Crédit : REINE-la web-série/Facebook

3. D’ailleurs, qu’est-ce qui justifie le choix d’une web-série?
Nous avons opté pour la web-série pour rejoindre le plus grand auditoire possible. Une web-série est accessible à tous.tes tandis qu’un court-métrage est plutôt disponible à travers les festivals et en salle. Elle peut également être visionnée à la guise du téléspectateur. La fiction demeure aussi un bon moyen de rejoindre un large public.
 
4. Que cherchez-vous à revendiquer?
Je veux une représentativité juste et équitable. Souvent, il y a une mauvaise perception de la communauté noire dans les fictions ; je veux mettre l’emphase sur le positif en montrant des femmes fortes, des femmes qui ont du succès, et des femmes qui vivent des enjeux au quotidien. Je voulais voir des femmes issues de la diversité occuper des premiers rôles et que les téléspectateurs puissent se reconnaître, s’identifier et s’attacher aux personnages.
Crédit : REINE-la web-série/Facebook

5. Est-ce que certaines actrices (ou acteurs) tournaient pour la première fois? Si oui, était-ce un moyen d’apporter un effet de réalisme à la web-série?
Les acteurs avaient tous déjà une expérience scénique, soit au théâtre, soit au cinéma. Toutefois, lors du casting, nous étions ouverts à tous les candidats, qu’ils aient déjà de l’expérience ou non. On découvre, la plupart du temps, des talents cachés lorsqu’on donne la chance à tous.
 
6. Quel est le positionnement de vos personnages principaux?
Les personnages principaux sont des femmes fortes. Ce sont des femmes noires ou métissées que nous suivons dans leur quotidien ; des femmes qui savent se sortir de situations embarrassantes avec tact et finesse ; des femmes qui nous ressemblent.
Crédit : REINE-la web-série/Facebook
 
7. Y a-t-il une dimension documentaire à la web-série eu égard à ses objectifs qui sont de donner l’avant-scène à une démographie souvent diffamée, incomprise et sous-représentée au sein des médias québécois et d’éduquer la société envers les enjeux qui touchent la femme noire dans son quotidien?
Oui, il y a une dimension documentaire, car le but de la série n’est pas que de divertir. REINE se veut aussi être un moyen d’informer le téléspectateur. La web-série a donc été conçue de sorte qu’en visionnant les épisodes, il y a matière à réflexion avec au final des leçons à tirer.
Crédit : REINE-la web-série/Facebook

Alors si vous voulez découvrir des « femmes fortes et intelligentes qui naviguent dans une société qui peinent à les comprendre et qui les poussent, parfois, à camoufler leur réelle identité », ne ratez pas le lancement qui aura lieu le 19 janvier au Centre Saint-Pierre.