+ Playlists

Le harcèlement au travail : que faire si ça nous arrive

Crédit photo : rawpixel.com/Unsplash
Le harcèlement au travail : que faire si ça nous arrive
Ces temps-ci, on parle souvent du harcèlement dans les médias. J’aimerais parler ici de celui que l’on peut vivre ou voir sur son milieu de travail. Ce n’est pas évident de savoir comment gérer ou réagir face à ça, surtout si la personne qui harcèle est en position de supériorité.

Certains diront qu’il peut y avoir des milieux de travail plus difficiles que d’autres. Par exemple, lorsque l'emploi est stressant, qu’on y subit une certaine pression ou qu'on demande un haut niveau de performance. Aussi, lorsque des femmes poursuivent une carrière dans un milieu dit plus « masculin », certaines situations peuvent survenir.

MAIS

Je le dis haut et fort : nous avons tous et toutes droit à un milieu de travail sain. Nous avons tous et toutes droit à notre intégrité physique et mentale. Nous avons tous et toutes le droit de ne pas être mis.e de côté ou d’être une cible récurrente. Peu importe s’il y a des standards de performance, cela ne donne le droit à aucun.e superviseur.e d’être blessant.e. Et c’est la même chose pour le reste des employé.e.s. Tout geste ou toute parole blessante, humiliante ou à caractère sexuel n’a pas sa place sur AUCUN milieu de travail. Point.

Cela dit, il y a des façons de dire correctement les choses. Par exemple, si vous travaillez dans une boutique et que la gérante apprend que vous avez fait une erreur, elle peut vous prendre à part et vous demander des explications. Par contre, en aucun cas elle ne peut vous traiter de « conne » et vous crier dessus. Ça, ça s’appelle le respect mutuel et tout le monde y a droit, que l’on ait 16 ou 50 ans.
Si on croit vivre une situation de harcèlement au travail, que peut-on faire? Si ça vient d’un.e autre employé.e, on peut commencer par lui dire comment on se sent face à ses agissements. Parfois, (eh oui, ça arrive) l’autre personne ne voulait pas vraiment blesser (mais ce n'est quand même pas une raison). J’ajouterais ici d’avertir une tierce personne que l’on va faire ça, histoire d’avoir un ou une témoin. Si le harcèlement vient d’une personne en position d’autorité, la situation peut paraître plus délicate, mais ça ne devrait pas nous empêcher de réagir.

Si votre milieu de travail dispose d’une personne en ressources humaines ou d’un représentant syndical, ce serait une bonne idée de lui en parler. Il faut en fait cibler les outils qui existent et les utiliser. D’ailleurs, si on n’est pas certain.e de vivre du harcèlement au travail, on peut toujours poser des questions, de manière anonyme, à la CNESST.

Tout ça peut paraître intimidant ou sans espoir. On peut penser que ça ne sert à rien de réagir et, qu’au final, la situation ne changera pas. Dans la vie, les personnes qui veulent changer les choses peuvent être vues d’abord comme des perturbateurs. Puis, le changement est de plus en plus perçu comme une bonne voie… qu’il ne faut pas avoir peur de prendre.

Alors, sincèrement, dites non au harcèlement sous toutes ses formes, que ce soit envers vous ou les autres, et dites oui à un milieu de travail sain… même s’il s’agit du dépanneur du coin.

Vous pouvez également trouver des ressources ici et ici.