+ Playlists

Ton petit stérilet : Quelques conseils d’amie pour une pose réussie!

Crédit photo : Ariane Zita
Ton petit stérilet : Quelques conseils d’amie pour une pose réussie!
Ça y est : vous y avez réfléchi, vous en avez parlé avec un.e médecin, et vous avez déterminé que le stérilet était la méthode contraceptive qui vous convenait. Peut-être aussi que vous n'êtes pas encore rendu.e là, mais vous y pensez. Cependant, vous avez quelques questions et inquiétudes.

J’étais moi-même dans cette position il y a quelque temps : j’ai pris rendez-vous, en novembre, pour me faire poser un stérilet en janvier. Maintenant que j’ai franchi cette étape, j’aimerais offrir quelques conseils d’amie à celleux qui aimeraient s'en faire poser un. Certains m’ont été confiés par des ami.e.s ou des professionnel.le.s de la santé, d’autres sont issus de mes propres expériences, mais tous sont de petits trucs utiles à savoir pour que l’expérience se passe le mieux possible. Il faut cependant noter que je ne suis pas médecin : je ne peux pas m’exprimer sur les questions plus pointues d’anatomie, mais je vais vous parler de ce qui a favorisé mon confort en tant que patiente.

1. Gérer son anxiété
On va se le dire, l’insertion d’un corps étranger dans un utérus, ce n’est pas rien. C’est tout à fait normal d’être stressé.e par cette perspective. Si jamais c’est votre cas, il ne faut surtout pas hésiter à en parler à un.e médecin! En effet, en parler permet d’évaluer la possibilité de prendre des médicaments pour diminuer l’anxiété ou créer une légère relaxation musculaire. Dans mon cas, mon infirmière praticienne (l’équivalent d’une médecin de famille, à toutes fins pratiques) m’a proposé plusieurs options afin de remédier à mes craintes, certaines nécessitant une prescription, d’autres non. Après réflexion, j’ai décidé d’opter pour l'Ativan (un anxiolytique), que je m’étais déjà fait prescrire par le passé et qui fonctionne bien pour moi. Je l’ai pris pour dormir la veille de la pose, et le matin, environ une heure avant mon rendez-vous. Ça n’a pas éliminé tout le stress, mais ça m’a relaxée un peu et permis de passer au travers plus facilement, tout en rendant la pose plus facile pour ma gynécologue, puisque mes muscles étaient détendus.

2. Quoi faire le jour même
Parlant du rendez-vous, il est primordial d’être accompagné.e. Certaines personnes se sentent très bien après la pose du stérilet et reprennent leurs activités de la journée, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Il n’est pas rare d’avoir des crampes assez importantes la première journée, et certaines personnes peuvent se sentir faibles, étourdies, ou avoir un malaise après. Puisqu’on ne sait jamais exactement ce qu’on va ressentir, mieux vaut tout prévoir pour mettre toutes les chances de son côté!

Aussi, le fait de savoir qu’on a quelqu’un peut aider à diminuer le stress le jour même. Autre détail important : même si ça peut être difficile avec le stress, c’est important de déjeuner. Le fait d’avoir faim peut abaisser le seuil de tolérance de la douleur, et augmenter les chances de faire une chute de pression, voire de s'évanouir. Mon petit bol de céréales a été difficile à avaler avec tout le stress que je vivais, mais c’était la meilleure chose à faire.

3. Quoi faire suite à la pose
Prenez la journée off. Vous pourriez en avoir besoin pour vous reposer et, honnêtement, même si vous êtes en parfait état, vous méritez amplement de vous la couler douce. Puisque les crampes sont un effet secondaire extrêmement commun, il est recommandé de prendre de l’ibuprofène (Advil), mais à force d’en prendre, j’avais des brûlements d’estomac. Mon remède le plus efficace pour les crampes était donc ma fidèle bouillotte. Je l’ai mise dans ma robe de chambre et attachée avec la ceinture, ainsi elle me suivait partout ; parlez-moi d'un life hack! Il est également possible d’avoir des nausées ou d’autres malaises digestifs, alors une petite tisane de gingembre peut faire un grand bien. Ah et, ne vous retenez pas d’aller aux toilettes ; il s’agit d’une réaction courante, mais il est important de se rappeler que, même si ça feel bizarre, le fait d'aller aux toilettes est sans risque. Qui plus est, le fait d'avoir des crampes utérines est assez désagréable en soi : pas besoin de rajouter des crampes digestives par-dessus le marché.

4. Toutes les expériences sont différentes
Il est très important de rappeler que, même si certaines régularités peuvent être observées, les expériences varient énormément et il n’y a pas de « mauvaise » façon de vivre la pose d’un stérilet, bien qu’il y en ait pour qui il y a des difficultés supplémentaires. Ce que je veux dire, c'est que toutes les expériences sont valides.

Dans mon cas, grâce à mes anxiolytiques prescrits et à la position de mon utérus, la procédure a été extrêmement rapide et facile, même si j’ai eu des symptômes désagréables variés dans les jours qui ont suivi. Cependant, quelques collègues de Ton Petit Look et d'ailleurs m’ont raconté des histoires bien différentes : il se peut que la pose soit laborieuse, qu'elle ne fonctionne pas du premier coup, et il y a même des risques d’évanouissement. C’est rare, mais ça arrive : à la clinique, une personne qui se faisait poser le même stérilet que moi en même temps par un autre médecin s’est évanouie dans le corridor peu avant que je sorte de mon propre rendez-vous. Pour cette raison, on m’a demandé de m’asseoir un peu et d’attendre avant de me lever, juste pour s’assurer que j’allais être correcte.

Je ne veux apeurer personne avec ces histoires, mais en le sachant, on peut se préparer à toute éventualité, mais aussi se rappeler que d’autres sont passé.e.s par là, s’en sont sorties, et vont bien maintenant. Je pense qu’il est important aussi de parler des cas où ça se passe moins bien pour faire une décision réellement éclairée. Dans tous les cas, j’ai beaucoup apprécié le site IUD Divas, qui m’a permis de lire plusieurs témoignages et de me rassurer par rapport à certaines choses que je ressentais. Peu importe ce qui vous arrive, il y a de très fortes chances que d'autres soient passées par là!

J’ai maintenant mon stérilet depuis environ deux semaines, et malgré quelques effets secondaires déplaisants pendant que mon corps s’habitue à ce nouveau moyen de contraception, je ne regrette vraiment pas mon choix. Pour moi, les avantages comme la longue durée (5 ans pour le Mirena) et la possibilité que mes menstruations cessent partiellement ou même complètement en valaient la chandelle. Comme iels disent dans les annonces, « parlez-en à votre médecin! » Il y a une variété d'options contraceptives disponibles, et toute personne fertile devrait pouvoir trouver une méthode qui lui convient le mieux possible.

Cela dit, à voir tout ce que nous devons traverser, je me dis qu'il serait grand temps qu'il existe plus d'options de contraception pour les personnes qui ont un pénis. Mais ça, c'est un débat pour une autre fois.