+ Playlists

C’est beau les équipes, mais maintenant je fais quoi?

Crédit photo : Daria Nepriakhina/Unsplash
C’est beau les équipes, mais maintenant je fais quoi?
Je dois avouer que j’ai eu nombre de mauvais commentaires à exprimer sur les travaux d’équipe à travers mes années d’université. Des manques d’organisation, des parties remises en retard, des mésententes, bref, plus de points négatifs que de points positifs la majorité du temps.

Un autre des désagréments du fait de réaliser la plupart de ses travaux scolaires avec d’autres personnes se fait particulièrement ressentir aujourd’hui dans mon parcours. Je ne suis pas prête à travailler seule. Je sais que j’en serai capable éventuellement, mais probablement pas maintenant. Je sais que j’ai les compétences nécessaires pour réaliser un projet de A à Z, mais ces compétences sont-elles assez élevées?

C’est une des raisons pour laquelle j’ai un peu capoté lorsqu’on m’a proposé un contrat solo. En plus d’avoir des répercussions sur une vraie entreprise, contrairement à celles fictives imposées par les cours, ce contrat supposait que toute la responsabilité des tâches qui seraient réalisées retomberait sur mes épaules.

Lors de la réception de critiques suite à la présentation d’un travail d’équipe, tous les membres peuvent se réconforter entre eux et partager la faute. Le livrable est exposé de façon solidaire et chacun participe à la réussite, ou l’échec, du projet. Lors de moments difficiles ou d’étapes plus dures à effectuer, il est toujours possible de se tourner vers l’un de ses coéquipièr.e.s pour obtenir de l’aide ou des mots encourageants.

Crédit : Giphy

Ce qui me fait peur avec le fait de devoir travailler avec moi-même est de devoir jouer tous ces rôles. Être ma propre motivation, mon propre support, ma propre aide, mon propre guide et surtout devoir supporter toute cette pression sans avoir la compréhension nécessaire de mon entourage. J'ai peur d'être toujours coincée à l'intérieur de ma tête. De plus, si le projet échoue, ce sera totalement ma faute. Et même si je ne suis en équipe qu’avec moi-même, un échec affectera beaucoup plus qu’une seule personne.

via GIPHY

Et si je n’étais pas assez bonne pour cette tâche et que je ne m’en étais jamais rendu compte puisque j’ai toujours eu des gens autour de moi pour m’épauler? Comment faire pour effectuer la transition entre membre d’un groupe étudiant et employée confiante? Je n’en suis pas très sûre pour l’instant. Cependant, cela inclura sans doute d’accepter que je commettrai des erreurs, et surtout de les assumer, essayer de ne pas trop m’en vouloir en cas de revers, d’apprendre le plus possible des expériences qui me seront proposées, de diversifier mes compétences et d’aller chercher plus loin les connaissances qui me manquent et que je ne peux plus combler à l’intérieur même de mon équipe de travail.

Le stress sera certainement très intense au début, mais ne pouvoir m’appuyer que sur moi-même et m’apercevoir que je peux tout de même réussir s’accompagnera sûrement aussi de confiance et de fierté. Il faut seulement que je commence quelque part.