+ Playlists

Une maladie mortelle, un support inconditionnel

Crédit photo : ThitareeSarmkasat/iStock
Une maladie mortelle, un support inconditionnel
Il y a quelques mois, j’écrivais une réflexion sur la maladie. Dans les différentes maladies abordées dans mon article, je spécifiais le cancer de l’ovaire. Je connais beaucoup de personnes qui ont eu ou ont le cancer de l’ovaire, ou même des kystes sur les ovaires qui, ma foi, semblent extrêmement douloureux. 

Pour faire suite à cet article, une employée de l’organisme Ovaire Canada m’a contactée pour m’offrir son support. J’ai pensé partager son aide en lui faisant passer une petite entrevue sur son organisme :

Votre site Web, ovairecanada.org, permet aux femmes atteintes du cancer de l’ovaire ainsi qu’à leur famille d’obtenir plusieurs informations pratiques. À quelle fréquence ces documents sont-ils modifiés?
Le site Web est mis à jour régulièrement. Des articles sur le développement de la recherche et les nouvelles de la communauté sont ajoutés au site tout le temps. Nous veillons à ce que les personnes vivant avec la maladie puissent accéder aux meilleurs renseignements possible afin de les soutenir.
 
Nous avons également un partenariat actif avec des organisations professionnelles importantes dans le domaine. Nous sommes en communication constante avec les chercheurs à travers le pays pour assurer que nous fournissons la meilleure information disponible aussi tôt que possible. Par ailleurs, des femmes vivant avec le cancer de l’ovaire et leurs familles sont toujours engagées par le bénévolat, dans des efforts de plaidoyer et des évènements d’information, fournissant ainsi des témoignages sur les programmes existants et conseillant notre travail par leur vécu.
 
J’ai aussi pu remarquer que vous proposez différentes activités comme des conférences, des randonnées, etc. Voyez-vous le nombre de participant.e.s augmenter? 
Le cancer de l’ovaire est le cancer féminin le plus mortel. Conséquemment, la communauté concernée est relativement petite, mais certainement forte. Nos évènements ont une forte participation. De plus, nous organisons de plus en plus d’évènements en ligne afin que les femmes puissent communiquer avec des experts et leurs pairs virtuellement, malgré les distances.

Récemment, un groupe de discussion en ligne appelé OVdialogue a été lancé pour aider les femmes vivant avec le cancer de l’ovaire à se contacter les unes avec les autres, afin de se poser des questions et apprendre de l’expérience de chacune. Nous cherchons de par ces activités à bâtir une communauté de soutien pour toutes les femmes ayant reçu un diagnostic de cancer de l’ovaire.
 
Combien d’argent ramassez-vous dans une année typique pour combattre le cancer de l’ovaire?
Nos revenus de l’année précédente sont d’approximativement 4,5 millions de dollars. Ces fonds servent à appuyer les programmes de soutien, sensibiliser la population et financer la recherche.
 
Que diriez-vous aux femmes (et à leur famille) atteintes du cancer de l’ovaire?
Les femmes atteintes du cancer de l’ovaire et leurs familles ne sont pas seules. Cancer de l’ovaire Canada est là pour les soutenir et les mettre en contact avec d’autres personnes qui vivent une expérience similaire, au besoin.

De plus, nous savons trop bien que cette maladie a été négligée et sous financée pendant trop longtemps. Ainsi, Cancer de l’ovaire Canada demande aux femmes et aux familles qui ont été touchées par la maladie de se joindre à notre plaidoyer pour un investissement fédéral supplémentaire immédiat de 10 millions de dollars pour la recherche dans ce domaine.

Suite à tous nos efforts, le Comité permanent des finances de la Chambre des communes a recommandé d’inclure la recherche sur le cancer de l’ovaire pour le prochain budget. Vous pouvez participer à ce mouvement en écrivant à vos représentants élus sur ovairecanada.org/plaidez

* À noter que le féminin a été utilisé pour les fins de l'entrevue, mais nous tenons à spécifier que les personnes trans ou s'identifiant au genre masculin peuvent aussi être touchées par le cancer de l'ovaire, et nous leur apportons notre support.