+ Playlists

Bisexualité, polyamour et OkCupid : un témoignage

Crédit photo : Rob Hampson/Unsplash
Bisexualité, polyamour et OkCupid : un témoignage
Ma situation est compliquée, mais trop familière : je suis une femme bisexuelle dans une relation sérieuse avec un homme que j'adore. Pourquoi est-ce compliqué?
 
En vrai, dans ma situation, il y a une partie de mon identité qui est — qu'on le veuille ou non — mise de côté dans cette relation. En soi, cela ne veut pas dire que je suis portée vers l'adultère, contrairement à ce que le préjugé sur les personnes polysexuelles (c'est-à-dire ayant une inclination pour plus d'un genre) veut nous faire croire. Je suis très heureuse dans mon ménage, merci beaucoup.
 
Mais le petit tiraillement de mon côté saphique est là. Et heureusement (ou malheureusement, ça dépend des jours), je suis dans un couple polyamoureux : de la non-monogamie éthique, où tout le monde est au courant de ce qui se passe, dans le consentement de tous.tes, et où la communication est la valeur suprême.
 
Ainsi, je pouvais tout à fait loyalement explorer cette autre partie de mon identité sexuelle depuis longtemps. Cependant, je n'avais encore jamais fait de démarches pour que ça se produise, et récemment j'ai sauté le pas : je me suis inscrite à un site de rencontres.
 
Ça faisait déjà plusieurs semaines que j'y pensais, mais une période difficile pour mon estime personnelle m'a contrainte à chercher des moyens de flatter mon ego (ben oui!). J'ai donc choisi OkCupid, en raison de sa chouette fonctionnalité pour les personnes qui ne sont pas out : celle d'être invisible pour les personnes hétérosexuelles.
 
Moi qui n'avais jamais connu l'expérience du site de rencontres, j'ai tout de suite aimé ça : les personnes y étaient belles et, en quelques jours, j'avais déjà une trentaine de likes. Disons que c'est le fun à savoir que trente femmes** vous trouvent potable. J'ai écrit la première aux personnes avec qui j'ai matché et j'ai tenté d'entretenir des conversations.
 
La deuxième et la troisième semaine, j'étais déjà moins excitée par la chose. D'abord, même si mes likes s'accumulaient, ça prend un compte payant pour voir qui est la personne derrière le like. Alors c'est une question de hasard : si vous likez à votre tour la personne, et donc que vous matchez, c'est seulement à ce moment-là que vous êtes mis.e en contact avec. Et encore, personne ne vous écrit d'abord!
 
Je n'ai pas désinstallé l'application, j'ai encore l'espoir de la date de mes rêves avec une jolie demoiselle, mais disons que ça a rapidement perdu de sa magie et du hype que je m'en étais fait. Certes, ça aide à se sentir mieux dans sa peau, mais momentanément. Ça ne peut donc pas être une solution à un problème de longue date. Mais ça m'a permis de connecter avec une partie de moi-même qui était négligée et de me valider, ce qui est inestimable.

*le terme se veut inclusif et est employé au sens du genre féminin tout en faisant référence à l'auto-identification pour les personnes de la communauté 2SLGBTQIA+ qui ont une « présentation » et/ou des comportements, attitudes, intérêts traditionnellement féminins, indépendamment de leur genre.