+ Playlists

L'art du collage selon Virginie Maltais : portrait d'une artiste à découvrir

Crédit photo : Summer Time Pop/Virginie Maltais
L'art du collage selon Virginie Maltais : portrait d'une artiste à découvrir
Si je vous parle de collage, à quoi pensez-vous? Peut-être bien que vous avez en tête les cours d’arts plastiques que vous avez suivis à l’école primaire. Et bien, tout au long du 20e siècle, des artistes ont exploré l’art du collage à travers différents styles et mouvements artistiques. Bien plus que de jolies images mises ensemble, cet art se caractérise par un processus et une esthétique unique.

Virginie Maltais, une jeune artiste collagiste autodidacte en sait quelque chose! Récemment, j’ai fait un tour au café Le Placard, où Virginie exposait l’ensemble de ses œuvres personnelles et quelques-unes réalisées conjointement avec l’artiste François-Xavier Vigneault-Marcil. C'est dans une ambiance de café bistro et de friperie que j'ai fait le tour de sa plus récente exposition, tout en m'entretenant avec elle au sujet de son art.  

À première vue, ses œuvres se démarquent par des couleurs vives, des visages de femmes semi-visibles et des formes sinueuses. Plus on regarde de près, plus on aperçoit tantôt du papier arraché à la main, tantôt l’utilisation de surligneurs fluo, tantôt des matériaux associés principalement à la peinture comme l’aquarelle ou l’acrylique.

C’est justement la possibilité d’utiliser plusieurs matériaux (médiums) qui a fait que Virginie ait choisi le collage comme moyen d’expression, après avoir exploré le dessin et la peinture. En fait, l'art du collage est une technique de création qui combine plusieurs médiums : extraits de journaux avec ou sans texte, photos, papier peint, documents…

En utilisant, entre autres, des images découpées dans des magazines de mode, Virginie se réapproprie un univers qui lui est familier, elle qui est aussi mannequin professionnelle. « Avec les images de magazine, je crée des liens spontanés qui donnent de belles surprises. J’ai souvent expulsé des images hors de leur cadre habituel et le résultat est toujours plus loin de ce que j’avais imaginé au départ. »

Elle manipule différents matériaux, les assemble, découpe des photos, change leur orientation, avec, pour résultat, une toute nouvelle création artistique qui raconte une histoire, qui dégage une émotion ou exprime une pensée. C’est dans ce processus créatif que Virginie trouve une forme de libération : « ce n’est pas quelque chose de facile à prendre conscience, mais les images ont un ordre qu’avec le collage je peux m’amuser à déconstruire, reconstruire, et à ce moment, il n’y a aucune bonne ou mauvaise réponse. »

Parmi les œuvres qui étaient exposées au café bistro Le Placard, en voici trois que j'ai particulièrement aimées. 

1. Toucher du bout des doigts (collage sur carton, crayon et feutre)
Ce collage a été réalisé de manière totalement spontanée. Dans un moment précis où Virginie ressentait le besoin de créer sans avoir son matériel à sa disposition, elle a utilisé ce qu'elle avait sous la main : des surligneurs. J'aime cette simplicité. L'art est accessible. Il suffit de créer. 
Crédit : Virginie Maltais

2. Luna, le jour où le monde a englouti tes rêves (collage, pastel et aquarelle avec brillants)
Il y a une certaine mélancolie qui se dégage de ce collage. J'y vois une femme qui, comme prise dans une spirale, est forcée de continuer dans un sens qu'elle n'aurait pas voulu dans sa vie, sans moyens pour s'en sortir. 
Crédit : Virginie Maltais

3. Sauve ta peau (collage analogue sur carton, feutre et pastel)
J'aime le visage moitié femme, moitié loup. Les mains sur la tête me rappellent un moment de désespoir ou d'indécision. Je vois, dans le visage à deux faces, deux aspects opposés de notre personnalité, ou la dualité qui caractérise souvent une prise décision. 
Crédit : Virginie Maltais
 
Devenez plus familièr.e.s avec sa technique en visitant ses nouvelles expositions.
Vous trouverez les nouvelles dates ici.