+ Playlists

Faire la paix avec « Madame »

Crédit photo : Alexandr Podvalny/Unsplash
Faire la paix avec « Madame »
La première fois qu’on m’a appelée Madame pour m’identifier, j’avais 19 ans, de la peinture plein le visage et une casquette où Beurredepine, mon nom d'animatrice, était inscrit.

Crédit : Annie-Claude Lamarche

Je me souviens avoir vécu un gros moment de distanciation et de remise en question. Moi, madame? Eh bien oui, pour ce petit humain qui m’arrivait aux hanches et pour qui j’avais le quadruple d’expériences de vie sur Terre, j’avais tout ce qu’il fallait pour porter ce titre. Pourtant, dans ma tête à moi, même mes parents n’étaient pas encore assez âgés pour être désignés ainsi! C’est qu’à l’époque, être adulte était un concept qui m’échappait, m’effrayait et bien honnêtement, ne m’allait pas bien.

Deux ans plus tard, plusieurs découvertes, expériences, rencontre et folies m’ont fait gagner en maturité. J’entre alors à mon premier stage en enseignement au primaire. Sachant que j’allais revivre cet effroyable évènement, je me suis préparée en me disant que j’allais leur dire de m’appeler par mon prénom ou bien simplement Madame Annie. Un entre-deux qui aurait pu contribuer à prolonger mon déni de vieillissement. Mais non, les enfants m’ont surprise. Pour eux, ils n’y avaient pas d’entre-deux. Soit c’était Madame ou soit Annie-Claude, mais au grand jamais ils ne mélangeaient. Peut-être est-ce mon nom qui est difficile à retenir pour un enfant qui parle déjà deux langues et qui apprend le français? Bref. Je me faisais appeler Madame à toutes heures du jour. Et je trouvais cela confortable, bien que je me confortais à l’idée que je n’en étais pas une, j’étais beaucoup trop jeune, je ne méritais pas ce titre et patati patata.

Crédit : Annie-Claude Lamarche
Maintenant que j’ai terminé mon baccalauréat, je me suis fait appeler madame plusieurs centaines de fois. Lorsque mon dernier stage a pris fin, c’est la première chose qui m’a manqué. Parce que, contrairement à ce que je pensais, cette marque de politesse ne m’a pas empêché de créer des liens avec les élèves. Cette façon de me nommer appartient à une partie de moi qui se vit uniquement à l’école. J’accepte maintenant mon statut d’adulte et je suis reconnaissante que mon vécu, mon expérience peuvent servir maintenant à me définir et à montrer ce côté mature, confiant et compétent de moi. 

Lorsque je regarde en arrière, je trouve que j’avais bien raison de trouver cette appellation étrange. Cependant, je suis maintenant fière de ce titre qui représente plus que l'âge. 

Est-ce que vous avez des mots qui vous font vieillir? Comment vivez-vous avec ces petits mots?