+ Playlists

24 heures à l'Isle-aux-Grues ou l'escapade estivale dont vous avez besoin

Crédit photo : Magalie Biron
24 heures à l'Isle-aux-Grues ou l'escapade estivale dont vous avez besoin
La saison des vacances et des escapades estivales est officiellement commencée si j'en crois mon feed Instagram qui se remplit de photos de voyages et de week-ends en tout genre.  Si je regarde parfois ces stories avec envie (genre, quand je suis chez moi à mourir de chaud), je dois avouer que je ne suis pas forcément en reste de mon côté. À la mi-juin, je suis d'ailleurs partie à la découverte d'un coin de la province qui m'était encore inconnu, soit l'Isle-aux-Grues.  

Oui, comme le célèbre cheddar qui m'avait d'ailleurs été attribué par Carolane pour représenter mon signe astrologique

Mis à part pour son fromage, je ne crois pas me tromper en disant que peu de gens connaissent cette municipalité du Québec, les regards étonnés des gens à qui j'ai parlé de cette escapade en sont bien la preuve. Cette Île est située au milieu du Saint-Laurent, à 30 minutes de traversier de Montmagny. Elle fait partie de l'archipel de l'Isle-aux-Grues, constitué de 21 îles, elle est d'ailleurs la seule à être habitée à l'année. On compte seulement 90 habitants sur l'île, ceux-ci doivent se déplacer en avion lors de la saison froide puisque le traversier ne peut traverser le fleuve à cette période. En fait, même lors de la saison chaude les traversiers se font rares, ce qui limite fortement les déplacements des insulaires. Sachant que sur l'île on trouve peu de commerces et autres commodités (bien que j'ai été surprise de remarquer un CLSC sur l'île), imaginer leur quotidien si loin de ma vie de montréalaise m'a absolument fascinée et a certainement ajouté au charme de mon séjour. 
Crédit : Magalie Biron
Crédit : Magalie Biron

 
Pour nous rendre, nous avons donc pris le traversier gratuit en partance de Montmagny. Celui-ci passe peu fréquemment et il est vraiment important de se rendre au terminus à l'avance. Nous nous y étions rendus 1h15 à l'avance et n'avons malheureusement pas eu de place. Nous avons donc dû embarquer sur le traversier de 18h plutôt que celui de 14h... Un conseil si vous y allez, le mieux est de s'y rendre en vélo, vous aurez assurément une place et l'Île est assez petite pour être explorée en pédalant (vous pouvez aussi traverser à pied et en louer sur place).  

Malgré l'imprévu qui nous a retardés de quelques heures, nous avons été chaleureusement accueillis par l'auberge du Grand Héron où nous avions loué une yourte absolument adorable. Ils nous ont attendu pour un délicieux repas trois services pendant lequel nous avons pu déguster de l'esturgeon, un poisson bien présent autour de l'île. L'auberge tente de promouvoir les produits et saveurs locaux et mon père et moi avons eu le bonheur de déguster le délectable cidre houblonné de la cidrerie la Pomme du St-Laurent située au Cap St-Ignace, tandis que ma mère a savouré le cidre tranquille. Nous avons profité du reste de la soirée pour respirer le calme de l'île et l'explorer en auto afin de nous faire une idée de notre itinéraire du lendemain. Nous devions repartir pour le traversier de 18h, ce qui ne nous laissait que 24 heures pour tout découvrir.  

Après avoir savouré un délicieux déjeuner au restaurant de l'auberge, nous avons commencé notre journée assez tôt en enfourchant nos vélos en direction de la réserve naturelle Jean-Paul-Riopelle, en hommage au peintre qui s'est largement inspiré des paysages paisibles de l'Isle-aux-Grues. La route longeant le fleuve et sa grève est magnifique et inspire le calme et la sérénité. Nous avons entrepris les sentiers de 2.5 km en trouvant un peu ridicule le panneau nous indiquant que cette marche nous prendrait 1h30 pour une si petite distance... Et pourtant, nous avons parcouru les jolies fougères et la grève infinie en prenant notre temps et en désirant savourer chaque instant de cet inspirant parcours, ce qui, au final, nous a pris le temps recommandé.

Crédit : Magalie Biron

Une fois le sentier terminé, nous avons longé la côte en prenant soin de visiter les lieux cultes soit le bateau ivre, l'église, l'observatoire et le marécage. L'île vaut la peine d'être explorée tranquillement, de toute façon, il vente tellement qu'il y est impossible de pédaler bien vite ha!

Après un long avant-midi de vélo et de promenade, nous avons eu le bonheur de nous arrêter à la fromagerie de l'Isle-aux-grues où nous avons reçu un excellent service, chacun des fromages nous a été présenté et nous avons pu traquillement les déguster à l'abri du vent avec une délicieuse baguette. J'ai eu un immense coup de coeur pour le CanotierFun fact, à l'extérieur de la fromagerie se trouve une distributrice contenant uniquement les fromages, ainsi les habitants de l'île n'ont peut-être pas accès au Mcdo pour une fringale nocturne, mais ils peuvent se rabattre sur un cheddar vieilli à tout heure du jour ou de la nuit, pas pire pareil.
Crédit : Magalie Biron

L'Isle-aux-Grues est l'endroit rêvé pour un séjour ressourçant, les paysages magnifiques et le calme de l'île nous force à décrocher et à apprécier le moment et je recommande vivement ce séjour à quiconque. C'est une destination qui se vit plus qu'elle ne se visite et malgré la durée brève de notre escapade je peux vous assurer qu'elle m'a permis de me ressourcer parmi le bruit du vent et des vagues.

Connaissiez-vous cette partie de la province? Avez-vous d'autres destinations secrètes à partager?