+ Playlists

Mes beaux-parents nous étouffent

Crédit photo : Maranatha Pizzaras
Mes beaux-parents nous étouffent
Mes chers beaux-parents,

Je vous aime beaucoup.

Mais il faut qu’on se parle. Depuis bientôt 6 mois, j’étouffe. Chaque semaine, j’entends mon copain argumenter avec vous sur une multitude de sujets. Chaque semaine, je le console, je le rassure, j’écoute son stress débordé sur le mien à la suite de vos appels.

Parce que des appels, il y en a beaucoup. Presque tous les jours, et si mon amoureux a le malheur de prendre congé et de ne pas répondre cette fois-ci, il a droit à du chantage émotif de votre part. Toutes les raisons sont bonnes pour lui faire vivre un mauvais quart d’heure : choix de vie, travail, économie, projet de voyage, anxiété, santé mentale, name it! Tout passe dans votre tordeur. Et je sais que c’est une façon pour vous de vous occuper de votre garçon à distance.

Toutefois, c’est assez. Chaque appel pèse lourd sur notre couple. Les critiques volent de toutes parts et en tout temps. Vos conseils non demandés sont anxiogènes et nous remettent toujours nos problèmes en pleine face. Nous sommes adultes, nous pouvons les gérer.  Chaque fois que le téléphone est raccroché, il faut que je calme mon bien-aimé, qu’on rationalise, qu’on prenne le temps de faire la part des choses. Parfois, vous le rendez tellement anxieux par vos menaces de couper les ponts qu’il pleure à chaudes larmes par peur de vous décevoir.

Je ne veux plus le voir dans cet état. Et je pense que si vous étiez à ses côtés, vous seriez du même avis que moi. Votre relation avec la chair de votre chair est malsaine. Étouffante. Contraignante. Votre chantage émotif commence à miner l’amour qu’il vous porte. Vos conseils sont de moins en moins écoutés et demandés, car nous savons trop bien ce qui arrive lorsque nous choisissons une autre voie que celle que vous nous proposez.

Je sais que vous pensez bien faire. C'est le syndrome des parents-hélicoptères qui essaient du mieux qu'ils peuvent d'offrir (contrôler) ce qu'il y a de mieux pour vos bébés. Mais votre bébé, il est dans la vingtaine et il a besoin d'air. 

Vous êtes des êtres humains que je chéris. Cependant, votre enfant, mon chum, ne va pas bien à cause de vous.


Et je ne sais pas trop ce que je peux faire pour aider à la situation. Des idées?