+ Playlists

Je suis allée à Bali et ça ne s'est pas (du tout) passé comme je l'imaginais

Crédit photo : Magalie Biron
Je suis allée à Bali et ça ne s'est pas (du tout) passé comme je l'imaginais
Cet été, je suis partie en voyage en Asie pour la première fois et je dois dire que mon voyage a été assez compliqué.

Quand on voyage, on se rend compte assez rapidement que composer avec l’imprévu est un passage obligé, que des petits soucis parsèment souvent le séjour et que tout ça est normal. Aucun voyage n’est parfait et ça fait partie de l’expérience. On s’ajuste, ça fait de bonnes anecdotes et voilà tout.

Cette année par contre, je dois dire que j’ai été très gâtée au niveau des imprévus, à un point tel que le voyage que j’avais rêvé et organisé depuis plusieurs mois n’avait rien à voir avec celui que j’ai vécu au final. Et comme en toute chose, ces mésaventures m’ont suscité moult réflexions et j’oserais même dire m’ont fait cheminer, un peu. (Ben oui, eat pray love pis toute)

Crédit : Giphy

Il importe d’abord de mentionner que je suis allée en Indonésie et que lors de mon arrivée, cela faisait une semaine et plus que les bateaux en partance de Bali pour les différentes îles environnantes ne fonctionnaient pas en raison de trop grosses vagues. Notre séjour de plongée que j'attendais tant a donc été menacé, mais finalement ne fut que repoussé. Rien de bien grave en sommes. C’est sans compter le premier séisme qui a secoué Lombok, bloquant l’entrée au mont Rinjani que j’avais projeté d’escalader pendant plusieurs jours. J’ai donc refait mes plans, prévoyant me rendre sur d’autres îles et de faire une expédition en bateau à partir de là. La veille de mon départ pour ces îles, le plus fort séisme a de nouveau frappé Lombok, détruisant tout sur ces îles. Je me suis donc retrouvée à crapahuter sur Java, une île dont je ne savais rien et que je n’avais pas prévu de visiter.

Tout ceci n’est qu’un (très) bref aperçu des mésaventures qui ont coloré mon séjour, mais je vous laisse imaginer le temps et l’énergie mentale que j’ai dépensée à rechercher frénétiquement des nouveaux plans.

Malgré tout, je me suis sentie excessivement reconnaissante, chanceuse et privilégiée. Je n’ai été en Indonésie que pour quelques semaines, et bien que ces séismes et risques météorologiques m’aient effrayée comme rarement j’ai pu l’être, rien de grave ne m’est arrivé et contrairement aux habitant.e.s de l’île, je savais que je retournerais chez moi, un endroit où les catastrophes naturelles se font bien rares. Je n’avais qu’à me soucier de ma sécurité, sans avoir peur de perdre ni ma maison ni mes proches. Je ne peux pas imaginer ce que ça peut faire de vivre avec une épée de Damoclès constante au-dessus de la tête, sans avoir aucun pouvoir ou contrôle sur ces phénomènes.

Enfin, si dans la vie je ne suis vraiment pas une personne prévoyante ou organisée, en général j’aime mieux préparer mes voyages. Je ne veux pas gaspiller du temps sur place à chercher des idées et décider quoi faire, étant assez indécise. Ce fut donc assez confrontant pour moi d’y être contrainte et j’ai réalisé que j’étais devenue très rigide en voyage comme dans le quotidien. Pourtant, ce n’est pas dans ma nature, je me souviens d’un temps où je me laissais porter par les événements, réagissant à ceux-ci sans crainte de voir mes plans ne pas se concrétiser. Ce voyage m’a permis de retrouver un peu de cet état d’esprit et je me suis rendu compte à quel point c’est reposant de ne pas se battre contre les aléas de la vie, que ça ne m’empêche pas de faire des projets, mais que ça me permet de ne pas me sentir en échec constant lorsque ceux-ci ne peuvent se concrétiser.
 
Depuis que je suis revenue, je me sens davantage dans cet état d’esprit et je dois dire que je me sens mieux. En espérant que cet apprentissage me serve un bon moment encore.
 
Avez-vous déjà eu une prise de conscience en voyage?