+ Playlists

L'attachement aux personnages fictifs : mais pourquoi les aime-t-on autant?

Crédit photo : CBS
L'attachement aux personnages fictifs : mais pourquoi les aime-t-on autant?
Un soir, j'étais avec mon homme à la maison. Il faisait froid et gris, je me sentais bizarre, j'avais le blues... et je ne savais pas trop pourquoi. J'avais vraisemblablement besoin d'une bonne dose de réconfort! « Chéri, j'aurais tellement envie de me réconforter devant une série comme Friends ou How I Met...» Voilà ce qui m'est venu en tête. Je ressentais le profond désir de retrouver mes bon.ne.s ami.e.s, qui avaient été là dans des périodes plus ou moins chouettes de ma vie, même quand je ne voulais voir personne. Ce soir-là, je ne rêvais que de m'enrouler dans une couverture de laine avec mon chéri et une boisson chaude et d'avoir un tête-à-tête avec ces personnages que j'aimais tant.

Mon homme a accepté qu'on (re)commence ensemble How I Met Your Mother, qui est l'une de mes séries préférées à vie! #JaimeCetHomme
Via Giphy
Avoir too much neurones miroir
Les personnages fictifs ont sur moi ce grand pouvoir, celui de me réconforter, de me faire rire ou pleurer, de me faire ressentir un immense malaise, de me remettre en question, de susciter en moi de l'amour ou de la tendresse, bref de me mettre dans tous mes états! 

En fait, dans la vie, j'ai le level d'empathie plutôt élevé : mon nombre de neurones miroir est probablement assez impressionnant! (Les neurones miroir, c'est en quelque sorte le centre de l'empathie chez l'humain, ce qui nous permet de nous mettre dans la peau de l'autre, même si cet autre est fictif.ve.) Si vous saviez le nombre de fois où j'ai été overwhelmed parce que j'épongeais tout ce qui se passait autour de moi... même si ce flot d'émotions provenait d'un film, d'une série télé, d'un livre ou encore d'une chanson. #TrueStory
Via Giphy
S'attacher aux personnages fictifs
Mais pourquoi s'attache-t-on autant à ces constructions irréelles? Il s'avère que c'est plutôt simple : la fiction nous présente des personnages auxquels nous sommes susceptibles de nous identifier physiquement, émotionnellement, moralement, socialement ou intellectuellement. Simplement. C'est un peu comme si on se projetait dans ces personnages ou dans les situations qu'ils vivent. (Cet article développe la question à travers le livre Saga de Tonito Benacquista.) 

On finit donc par ressentir ce qu'ils ressentent, par connaître des sentiments réels à leur égard, par s'attacher à eux, voire par en tomber amoureux ou fantasmer sur eux. Et quand certains finissent par mourir (ou qu'une histoire se termine), on peut même littéralement vivre un deuil... 
Via Giphy

En ce qui me concerne, quand je termine une série télé ou littéraire, je ressens un profond vide. J'ai l'impression qu'il me manque quelque chose... Je sais, ça peut paraître un tantinet intense, mais on jurerait qu'on m'a enlevé une partie de moi.

Je me souviens de ce que j'ai ressenti quand j'ai fini How I Met Your Mother la première fois et, pour être honnête, je crains un petit peu de finir la série une seconde fois... #NotReadyYet

Quels personnages vous ont fait vivre de telles émotions?