+ Playlists

On laisse derrière c'qu'on a de meilleur... et on recommence ailleurs

Crédit photo : Trinity Kubassek /pexels
On laisse derrière c'qu'on a de meilleur... et on recommence ailleurs
Cette semaine, j’ai eu un accident. Rien de grave, que des dommages matériels. Sauf que c’est arrivé au bout d’un mois assez intense. Laissez-moi vous raconter : 

Cela fait un bon moment que j’ai envie d’accepter un poste à l’extérieur de Montréal. Je regarde à tatôns les postes en suivant les pages facebook. Il y a eu ce poste qui me parlait un peu. J’ai appliqué sans trop savoir dans quoi je m’embarquais, j’ai eu le poste. Un mois et demi plus tard, j’étais attendue à Vancouver.

Ça fait beaucoup à penser, d’autant plus que j’étais en voyage au moment où j’ai eu le poste. J’ai dû tout vendre, céder mon bail, appliquer pour obtenir les équivalences reconnues de ma formation là-bas... Je me suis aussi acheté une caravane qui est devenue ma maison, j’ai fait les démarches pour la transporter ici et y trouver un endroit où me poser.

Mardi soir, j’étais à Montréal, complètement brûlée et à bout de souffle. Je pleurais pour un rien et j’avais le cœur qui battait à 100 milles à l’heure. Pourtant, ce n’était pas le premier grand changement dans ma vie, J’avais déjà quitté ma job sans plan de rechange, laissé mon copain avec qui j’habitais et même changé de vocation à 25 ans. Sauf que les changements, ça draine de l’énergie. Et je suis reconnaissante de ne jamais me souvenir à quel point c’est drainant avant d’être au bout. Je tire le plaster et ça saignera plus tard! Et c’est ce qui me permet de vivre de magnifiques changements et de regarder derrière avec satisfaction. Je me souviens encore après ma séparation et après avoir quitté ma job d'avoir passé des journées entières à pleurer, terrassée par les changements! Aujourd'hui, je ne regrette aucune de ces décisions. 

Parce que oui, malgré le fait que mardi, j’étais à bout de souffle et que je pensais prendre la pire décision de ma vie, j’ai été tellement reconnaissante en arrivant ici. J’ai vu mon nouveau chez-moi, mon nouveau travail, j’ai découvert le réseau de transport en commun et le paysage m’a rappelé pourquoi je souhaitais tant déménager ici.

J’ai choisi d’écrire ce texte parce que j’ai lu l’Annie Nonyme de lundi et je voulais lui envoyer du courage. Ce ne sera pas toujours facile, il y aura des épreuves, il y aura des sous à débourser, il y aura des moments où tu pleureras en regrettant ton choix. Mais l’important, une fois le choix fait, c’est de ne jamais regarder derrière. J’aime mieux vivre avec des conséquences qu’avec des regrets. Fais-toi confiance!