+ Playlists

Perte de poids et émotions mixtes

Crédit photo : Jennifer Burk/Unsplash
Perte de poids et émotions mixtes
J’ai toujours été grosse. Depuis que j’ai 13 ans, je magasine dans des magasins taille plus, et paix à jeune moi qui n’avait aucune autre option que l’ancienne mouture d’Addition-Elle. Bref, j’ai toujours été grosse et je ne dis pas ça négativement. J’ai travaillé très fort pour m’aimer sans borne dans une société qui me disait que j’avais tort de le faire. Et j’ai milité pour la communauté taille plus et j'ai participé à divers projets. En fait, être grosse fait partie de mon identité depuis longtemps.

Il y a 6 mois environ, j’ai commencé à perdre du poids. Beaucoup de poids. Sans vraiment chercher à le faire. Au point que je croyais être malade et que j’ai été voir un médecin pour me faire dire que c’était normal à cause de certains changements que j’ai dû opérer dans ma vie pour mon syndrome du colon irritable et pour mon anxiété. Pis là, je me retrouve avec plein d’émotions mixtes et je ne sais pas trop comment les gérer.

En premier, il y a les gens. Les gens, qui pensent bien faire, remarquent ma perte de poids et commentent des trucs dans le genre « WOW! Ça te va tellement bien. Tu es vraiment plus belle. Tu dois te sentir tellement mieux. C’est quoi tes trucs? » Vous comprendrez que c’est vraiment toxique comme discours parce que ça apporte l’idée que plus grosse j’étais moins belle? Moins valide? Alors que non, je suis la même belle personne, juste avec moins de ventre. Mon tour de taille n’est pas lié directement à ma beauté, et ne le sera jamais. Puis, il y en a d’autres qui me disent « attends, tu vas le reprendre ». Ce n’est pas mieux je trouve, parce que je n’ai pas envie de vivre ce genre de yoyo, et que j’ai simplement changé mon style de vie pour quelque chose qui convient mieux à ma santé.

Puis, mes vêtements ne me font plus. Pis c’est un peu un désastre parce que j’avais cette paire de shorts en cuir parfaite qui ne me fait plus. Je n’ai plus de repère dans ma garde-robe et je trouve cela troublant. Et j’ai peur d’aller m’acheter de nouveaux vêtements, parce que je ne sais pas où je me situe et si je devrais vraiment (à cause des commentaires insidieux des gens). Je me marie dans 11 mois et ma robe de mariage est déjà beaucoup trop grande et ça a causé énormément de stress avec la boutique où je l’ai achetée. Refaire un corset n’est pas une mince affaire (toudoom toosh tish). Je dois dire adieu à mes vêtements d’amour, que j’ai pris du temps à choisir et ça fait un peu mal.


Je me sens aussi bien. Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mes intestins, etc. Juste bien. Et c’est difficile à expliquer, parce que les gens associent directement ce sentiment à ma perte de poids, alors que non. J’ai juste fait des changements pour être bien, et la perte de poids a simplement été un des effets secondaires. Je ne lie pas mon bien-être à mon poids, et apparemment c’est difficile à imaginer.

Le pire de mes sentiments est que je sens que je trahis la communauté taille plus. À chaque fois que je réalise que j’ai un creux de plus dans mes clavicules, que j’ai perdu un autre trou de ceinture, que je dois m’acheter une nouvelle robe de soirée, etc. Puis, le pire a été quand mon médecin m’a annoncé que j’ai été le plus « petit » que j’ai jamais été depuis l’âge de 13 ans et que j’ai pleuré. Pleuré parce que jeune moi n’aurait jamais rêvé à ce jour, et que j’étais fière, mais aussi parce que ce sentiment de fierté n’allait pas avec mes valeurs de body positivity. J’avais l’impression que je trahissais tout le travail que j’avais fait pour la communauté taille plus. Que je me trahissais moi-même.
 
Enfin, dans tout ça j’ai appris que cette perte de poids m’appartient. Que je n’ai pas à la justifier à personne et que la communauté taille plus ne m’en voudra pas. Parce qu’elle est arrivée parce que j’ai fait des changements pour mon bien-être à moi et que c’est mon processus. Quand une personne se retrouve à changer son poids (à la hausse ou la baisse), pour n’importe quelle raison, ça lui appartient et elle n’a aucun compte à rendre à personne. On doit arrêter de se concentrer sur ça, nous sommes tous plus que notre poids. Demandez-moi si je vais bien, si j’ai accompli mes rêves, si j’ai essayé cette nouvelle recette, je m’en fous, parce que je suis plus intéressante que ma perte de poids.