+ Playlists

Montréalaise à Vancouver : je ne suis plus à la mode

Crédit photo : Ylanite Koppens/pexels
Montréalaise à Vancouver : je ne suis plus à la mode
Je ne me souviens plus de la phrase exacte, bien que je l’aie apprise par cœur jadis dans mon cours d’histoire de la mode, la mode est une série de tendances selon la région et le temps. L’apprendre par cœur, c’est une chose, le vivre en est une autre. On m’a toujours dit que la mode montréalaise est un mélange entre la mode française et anglaise. Je n’avais pas réalisé à quel point je « n’étais pas à la mode » avant de déménager. Parce qu’habituellement, mes vêtements sont bien de mon temps à Montréal. À Vancouver, c’est une tout autre chose. Je suis trop colorée pour la mode. Mes bottes sont bleues, mes leggings ont des palmiers, mes chaussures sont roses et orange alors que chez la majorité des gens ici, tous ces items noirs! Symbole de l’influence britannique qui perdure alors que les Montréalaises sont un peu plus colorées. Bref, je me promène dans la rue et c’est évident que je ne suis pas d’ici.

Quand je voyage, je suis habituellement habillée en mou, en linge de sport et je ne réalise pas trop que mes vêtements ne s’arriment pas à ceux et celles de mon entourage.

Quand je suis partie pour la Bolivie, j’ai trimbalé mon vieux cellulaire et mes vieux vêtements. Les gens autour de moi avaient des vêtements semblables aux miens. C’est que la mode là-bas est influencée par nos vieux vêtements que les gens se procurent dans les marchés. Je me fondais donc dans la masse avec mes vieux vêtements de dix ans passés.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que la mode s’adapte aux particularités de chaque population. Alors que les manteaux Canada Goose forgent nos rues montréalaises, ils n’ont pas leur place dans les rues de Vancouver et encore moins dans celles de La Paz. Bien que la température de ces deux métropoles soit basse, elle atteint rarement la barre des zéros.

Ce n’est qu’en m’établissant quelque part et en ayant accès à tous mes vêtements du quotidien que je réalise à quel point je suis différente. Je suis maintenant déménagée depuis plusieurs mois et, au quotidien, j’adapte ma garde-robe au climat d’ici. À un point que je sais qu’à mon retour à Montréal, « ma mode » ne sera plus Montréalaise. Je me sens un peu comme un entre-deux et je réalise que ma façon de m’habiller sera un peu ma nouvelle identité : je ne serai jamais Britanno-Colombienne, mais je ne suis plus vraiment Montréalaise.