+ Playlists

YOU, la nouvelle série de Netflix n'est pas romantique, c'est juste creep!

Crédit photo : Netflix
YOU, la nouvelle série de Netflix n'est pas romantique, c'est juste creep!
Je suis tellement contente de pouvoir remettre mon chapeau de fille lourde en 2019. Quand le chapeau te fait, il faut le mettre et le mien me fait bien en s.v.p. En plus, je reviens de vacances ou je ne suis pas tombée malade alors j’ai eu le temps de penser et faire plein de choses comme écouter la série You qui est tout récemment sortie sur Netlfix. Je l’ai écouté comme j’ai écouté mes séries, en 24 heures environ, directement dans ma chambre avec demande à toute ma famille de ne pas me déranger pendant ce haut moment de divertissement.
 
C’est donc l’histoire de Joe, un libraire qui tombe en amour avec Beck, une aspirante écrivaine et poète. Joe est un peu plus set up dans la vie et Beck est un mess. Histoire classique du sauveur qui croit en l’amour et ses vertus, qui sauvera la jeune fille de sa propre vie, sauf que Joe est un creep et il stalk sa victime pour la contrôler et vivre l’histoire d’amour qu’il rêve de vivre.


(SPOILER : il va tuer pas mal de monde et le tout finit mal, mais pas assez pour ne pas permettre une saison 2 LIVING THE LIFE)
 
J’ai apprécié la grossièreté de l’histoire, comment les personnes féminines sont surjouées, les références évidentes à des classiques de la littérature, le traitement visuel de la série. J’ai apprécié beaucoup de choses, comme je dis, mais jamais j’ai pensé que le protagoniste était cute et romantique. Depuis la sortie, par exemple, plein de monde se pâme sur son romantisme, sur sa façon intense de vouloir le « bien » de ses victimes et sur son comportement de stalker problématique.
 
On s’entend, je suis au courant que c’est une série et que ce n’est pas la vraie vie, mais il me semble qu’on peut voir que Joe Goldberg joué par Penn Badgley est vraiment une personne de marde quand il se met à (spoiler) TUER les gens autour de Beck pour pouvoir l’avoir que pour lui. Me semble que c’est évident qu’il ne fait ça pour le bien de personne quand il espionne son cell pour savoir ce qu’elle dit à ses amies et pour vérifier comment elles se comportent. Si les moments doux sont tout de même cute lorsque présentés par le narrateur, ça reste que ça montre sa vision à lui, froidement biaisée de la réalité que vit sa victime. C’est pas de l’amour quand une personne t’enferme et tue tes amies.
 
Je comprends que le gars est beau et qu’il jouait aussi Dan Humphray dans Gossip Girl pis que tout le monde fait un beau smoothie de souvenirs dans sa tête, je trouve juste que c’est un peu dégueu de penser que c’est un geste romantique d’abuser émotivement de ses victimes et que, base point, ce n’est pas de l’amour. En 2019, ça serait important de faire attention de comment on parle de ce genre de relations, pour éviter de tirer vers du victime bashing (même si je conviens que Guenieve Beck n’est pas la victime la plus attachante du monde et la moins gossante). On peut garder en tête que le personnage à des défauts sans dire « bon débarras » quand elle se fait prendre dans les griffes de son agresseur.
 
Pis ne pensez pas que je grimpe dans les rideaux pour rien ou que je ne sais pas que c’est du divertissement, c’est juste qu’un phénomène Netflix de même peut amener des discussions aussi sur des problématiques qui se passent encore aujourd’hui! C’est aussi ça, la magie du cinéma!