+ Playlists

La comparaison sur les réseaux sociaux : Quand ton feed te rend maussade

Crédit photo : Bruno Cervera/Unsplash
La comparaison sur les réseaux sociaux : Quand ton feed te rend maussade
Dernièrement, j’ai eu un gros congé après une période assez intense et stressante de travail. J’ai donc passé pas mal de temps à scroller sur les réseaux sociaux. Après réflexion, voyant l’effet que ça avait sur moi, je me suis demandé si c’était vraiment positif tout ce temps passé sur Instagram et Facebook.
 
Pendant le temps des fêtes, plusieurs personnes ont partagé les highlight de leur année 2018. On dirait qu’à chaque fois, j’avais l’impression que je n’en avais pas fait assez. J’avais l’impression de ne pas être aussi bien entourée qu’eux, de ne pas avoir accompli assez de projets stimulants ou que je n’avais rien vu d’intéressant cette année.
 
Pourtant, j’ai accompli plein de choses et j’ai vu des personnes qui me tiennent vraiment à cœur. Je n’avais rien à partager de tout ça. Je n’ai pas mis sur Internet les longues heures passées devant l’écran à travailler 11 heures par jour pour accomplir les projets qui me tenaient à cœur. Je n’ai pas partagé les doutes, les multiples remises en question et les périodes de stress. Ce n’est pas vraiment intéressant. Pourtant, en rétrospective, mon année a été à la fois parfaite et ordinaire…
 
Si je me fie à ce que je partageais sur les réseaux sociaux l’année d’avant en comparaison à 2018, on pourrait dire que mon année a été pas mal plus remplie en 2017. Pourtant, c’est totalement faux parce que je n’allais vraiment pas bien. C’est étonnant à quel point un feed n’est pas toujours représentatif de ce qui se passe vraiment dans la vie de la personne. En même temps, c’est tout à fait correct de vouloir partager du beau plutôt que de l’ordinaire. C’est juste que je crois que parfois, on oublie que l’information a été filtrée au préalable.
 
Avant d’avoir passé tout ce temps à scroller pendant les fêtes, j’étais pourtant assez satisfaite de mon année. Alors pourquoi après avoir vu ce que les autres avaient fait, je me retrouvais à me dire que c’était insuffisant? À me dire que moi, j’étais insuffisante ou inintéressante?
 
Quand j’ai réalisé l’effet néfaste que ça avait sur moi, de passer autant de temps sur les internets, je me suis forcée à m’en distancer un peu. Je scrolle toujours un peu en buvant mon café le matin, mais j’essaie de me féliciter pour ce que j’accomplis sans référence au gram. Je n’ai pas envie de tout partager sur les réseaux sociaux, mais j’ai envie de m’offrir à moi-même des likes, autrement dit de la reconnaissance et de la bienveillance.
 
Je ne déplore aucunement l’utilisation des réseaux sociaux et du partage de beaux moments à travers ceux-ci. Je partage simplement ma relation parfois pas tout à fait saine avec ceux-ci. Tout le monde est différent, mais de mon côté cette distance m’a permis de mieux me concentrer sur ce qui me tient réellement à cœur et d’y investir plus d’énergie.