+ Playlists

Laissez donc mes héroïnes d'enfance être de bons souvenirs

Il y a 20 ans, si on me demandait ce que je voulais faire plus tard dans la vie, je répondais que je voulais devenir Mulan. J’avais vraiment une fixation sur ce film-là. Je l’écoutais le plus souvent possible, jusqu’au jour où ma VHS a complètement bousillé le lecteur de cassettes, causant ainsi la mort d’un grand classique, que je me suis empressée de me procurer en DVD dès sa sortie, quelques années plus tard. 
 
Pourtant, je n’avais rien de la petite fille sportive, les arts martiaux ne m’intéressaient absolument pas et je refusais de porter quoi que ce soit d’autre que des robes de princesse. J’avais juste compris quelque chose de bien important : Mulan était badass. Vraiment plus que la plupart des autres personnages féminins qu’on m’avait présentés jusque-là. Et c’était exactement comme elle que je voulais devenir. 
 

via GIPHY

 Au final, je n’aspirais plus à devenir une belle princesse qui joue un rôle secondaire dans sa propre vie, mais plutôt une guerrière qui allait faire ce que son cœur lui dictait, même si ce n’était pas conforme à ce que les autres s’attendaient d’elle. Ça a l’air anodin aujourd’hui, mais ça a été déterminant pour moi comme réalisation, à l’époque. C’est exactement pour cette raison que j’ai eu un drôle de sentiment quand, 6 ans après la sortie du film original, une suite est apparue sans tambour ni trompette, directement en vidéo.  
 
Bon. C’est pas mal évident que ce n’était pas le film de l’année (une histoire sur la différence entre un mariage d’amour et un mariage arrangé, c’est quand même un peu deep pour un jeune public) et visuellement, ce n’était pas à la hauteur. Cette petite erreur de parcours a pas mal marqué la fin des produits dérivés de mon héroïne préférée. 
 
Malheureusement, ce ne sont pas tous mes classiques qui s’en sont aussi bien tirés. 
 
L’autre jour, alors que je fouillais pour trouver quelque chose à regarder, je suis tombée sur une image qui m’a troublée : Odette, de La Princesse des cygnes… avec des lunettes fumées, en CGI cheapet figurant comme personnage secondaire dans un film d’espion médiéval. #WTF

 

via GIPHY

À quoi ça sert, au juste, de dénaturer un produit au point où il soit méconnaissable, juste pour garder un nom, 20 ans plus tard? Tant qu’à être rendu aussi loin de l’original, pourquoi ne pas concevoir un nouvel univers qui cadre parfaitement avec l’histoire à imager? 
 
Je sais qu’on est à l’époque où tout semble recyclé, voire réchauffé, mais j’aimerais ça qu’on laisse mes souvenirs tranquilles et qu’on offre aux prochaines générations des personnages nouveaux avec lesquels grandir, sans interférer avec le passé. C’est peut-être égoïste. C’est peut-être légitime. Aucune idée. 
 
J’en parle parce que j’accorde une importance à ces souvenirs-là. Il y a des films qui ont marqué mon enfance et que j’ai déjà hâte de faire écouter à mes nièces, quand elles seront plus grandes. C’est 100% sentimental. J’ai envie de partager les histoires qui m’ont fait rire, qui m’ont fait réfléchir et qui m’ont aidée à devenir celle que je suis, aujourd’hui. J’aimerais ça leur présenter certains personnages comme on présente un ami de longue date. Pas juste une ancienne version d’une image de marque over-utilisée et tellement diluée qu’elle perd son essence. Pis j’aimerais aussi qu’elles puissent en retour me faire découvrir des nouveaux visages qui vont les aider à devenir la meilleure version d’elles-mêmes. Qu’elles me fassent découvrir leur Mulan.