+ Playlists

Qu'est-ce qui caractérise la pensée des adolescents?

Crédit photo : Pixabay/SOURCE
Qu'est-ce qui caractérise la pensée des adolescents?
L’adolescence est une période particulière de la vie. Il s’agit d’une transition entre la dépendance à l’autorité parentale et la liberté de prendre ses propres décisions. Qu’est-ce qui caractérise la pensée d’un adolescent.e? D’un point de vue adulte, leurs prises de décisions et leurs comportements peuvent sembler irrationnels. Cependant, de nombreux mécanismes permettent d’expliquer le fonctionnement cognitif de ces derniers. Ces façons de percevoir le monde font de l’adolescence une période où tout peut sembler possible, mais néanmoins caractérisé par une grande fragilité.
Certaines spécificités cognitives sont propres à l’adolescence, en voici quelques-unes :

L’égocentrisme intellectuel

Au cours de cette période de la vie, l’introspection fait généralement son apparition. Cependant, cette faculté est déformée par ce qu’Elkind a nommé l’égocentrisme intellectuel. Il s’agit du fait de se centrer principalement sur soi, et de s’attribuer une importance exagérée. Il sera alors difficile pour l’adolescent de comprendre les sentiments et pensées des autres. S’ils agissent de la sorte, il ne faut pas y voir de mauvaise volonté, il s’agit d’une caractéristique de la pensée adolescente. Et ce n’est pas complètement dénué de sens. C’est une période de recherche identitaire importante, comme nous ne vivrons plus jamais au cours de notre vie. Cette forme d’égocentrisme est peut-être essentielle pour parvenir à mener à bien ce défi. Cette caractéristique de la pensée est celle qui chapeaute et explique toutes les autres.

L’illusion d’invincibilité

Élément qui caractérise aussi la cognition chez les adolescent.e.s, mais qui peut aussi se montrer dangereux. L’illusion d’invincibilité est souvent plus marquée chez les ados puisqu'elle est alimentée par l’égocentrisme intellectuel. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est fondamental, mais difficile, d’encadrer adéquatement un.e adolescent.e. Cette illusion peut mener à divers comportements à risques (excès de vitesse, consommation abusive d’alcool et autres psychotropes, relations sexuelles non protégées). Cependant, cette illusion d’être invincible peut aussi mener les jeunes à créer, imaginer, rêver le monde différemment, d’une façon dont les adultes (qui ont souvent perdu cette sorte de pensée magique) ne sont souvent plus en mesure de le faire. Les expériences et les projets dans lesquels ils.elles s’engageront peuvent être très formateurs.

La fabulation personnelle

Se croire promis à un destin exceptionnel. Se créer des scénarios dans lesquelles nous sommes le héros. Imaginer recevoir des honneurs, occuper le poste de PDG dans une grande entreprise, devenir une vedette internationale… Cette tendance à s’imaginer que leur avenir sera extraordinaire, et cela sans qu’ils n’aient à fournir d’efforts particuliers, est courante. Cependant, c’est un élément que je trouve particulièrement beau de l’adolescence. Alors que certain.e.s peuvent trouver ces attitudes immatures, je trouve que la capacité de rêver leur vie et l’avenir du monde est touchante. N’étant pas très loin de l’adolescence moi-même, je me souviens de tous les rêves de grandeurs d’adolescente. J’imaginais changer le monde, je rêvais un avenir où j’aurais la chance de briller grâce à mes idées.

L’auditoire imaginaire

Cet élément est simple, les adolescent.e.s croient souvent que tout le monde les regarde. Que des réactions seront invariablement suscitées par leurs choix vestimentaires, capillaires… cela fait en sorte qu’ils accordent une très grande importance à leur apparence et à leurs fréquentations.
 
Je souhaitais vous présenter toutes ces spécificités de la pensée adolescente pour permettre de mieux comprendre comment les adolescent.e.s raisonnent.

Plutôt que de juger ces lacunes cognitives, je pense qu’il faut encourager les jeunes à explorer, découvrir qui ils sont, quelle est leur place dans ce monde. Ils ont des idées, des projets et désirent laisser leur marque dans le monde. Encourageons-les à devenir les meilleures versions d’eux-mêmes!

*Cet article s'appuie sur les études de Jean Piaget, de David Elkind et de Daniel P. Keating
**Les éléments mentionnés dans ce texte sont des généralités et ne s'appliquent pas à tous. Ce texte  vise simplement à tenter de présenter certains éléments qui caractérisent la cognition à l'adolescence.