+ Playlists

Garde ta mousse de nombril pour toi

Vous êtes un petit sparkle dans un immense feu de brousse. Une minuscule puff d’air dans une bourrasque vraiment indéfinie. Un seul humain. Un modeste petit être parmi autant de gens que des millions de BERRI-UQAM à 17h02 un lundi.

Disons que tu travailles dans une chaîne de restauration rapide qui se spécialise en produits dérivés de café et petites mignardises. Que ce soit parce que ta passion première est le service à l’auto ou que c’est simplement « en attendant » de payer tes Sciences Humaines pas de maths = c’est ton choix. Ton travail. Ta vie. Deal avec. Tes décisions. Ton petit nombril.

Tu pousses les portes chaque jour, et disons qu’un certain petit-matin, ça va pas. Rien ne se passe bien. Le cadran était réglé à 6h50… PM. Il n’y avait plus de serviettes propres en sortant de la douche, donc il ne restait que la serviette Walt Disney World 1993 en ratine, qui t’enlève une couche de peau chaque fois que tu veux t’éponger. T’as voulu te mettre de la crème hydratante et la petite tétine dure de restant de ramassis de crème t’a atterri dans le visage. Netflix est déjà passé dans ton compte et il ne te restait que 8,65$... t’sais, une belle matinée.

T’as le même sourire que Claude Poirier dans ses beaux jours, tu ne parles pas, tu grinces de façon féroce et tes yeux roulent tellement à la perfection qu’ils pourraient rendre jaloux n’importe quelle paire de patins à roues alignées Abec 7. Mais t’sais. Rien ne s’est bien passé ce matin pour toi et ton petit nombril. T’as le feu de brousse allumé à la grandeur du territoire. 10-4.

Tu feel pas. Tu donnes un service bourru à Madame A. Madame A commence sa journée au travail en étant agressive avec un client B au téléphone. Client B s’en va dîner au resto, affecté par cette énergie drainante, déverse son mécontentement sur la Serveuse C. La Serveuse C trouve ça complètement injuste, « elle mérite pas de se faire parler de même » et avec raison, s’en retourne chez elle le soir et ne cède jamais son banc de métro à Monsieur D avec sa canne. Monsieur D maudit la jeunesse ingrate et tout ce qui s’en approche de près ou de loin, parce que c’est « tellement plus ce que c’était dans son temps » et aussi « mais où donc sont les bonnes manières de nos jours ». Au dépanneur, c’est à son tour de perdre patience auprès de Miss E qui prend trop de temps à la caisse en mâchant sa gomme façon baseball.

Vous rendez-vous compte du nombre d’humains que nous pouvons influencer par notre attitude et notre façon de faire une connexion avec les autres? Aujourd’hui on choisit quoi? L’option « fuck toute » ou bien l’option « aujourd’hui j’vais être plus à l’écoute des gens autour de moi parce que je ne sais pas ce qu’ils vivent? »  

Ma vie. Mes décisions. Mon petit nombril.

Je le sais que l’expression nous dit d’arrêter de regarder notre petit nombril. Moi je pense que ce serait plutôt le temps d’arrêter de lancer aux autres la mousse qu’il y a dedans.