+ Playlists

Petit guide pour agir adéquatement devant un humain qui pleure

Crédit photo : Pixabay/Pexels
Petit guide pour agir adéquatement devant un humain qui pleure
Long story short : jeudi passé, ma vie, c’était de la marde. C’était non seulement la dernière journée de mon best buddy de bureau, mais on m’annonçait aussi que ma correction de la vue allait être repoussée à une date indéterminée. #Esti
 
Bref, j’ai passé une bonne partie de la journée à pleurer. Je suis quelqu’un de pas mal à l’aise avec ses émotions, alors j’ai juste let go

via GIPHY

 
C’est pas tout le monde qui est confortable avec la tristesse d’autrui. Qui sait quoi dire pour réconforter. Je n’ai malheureusement pas de solution magique. Chaque personne est différente, mais j’ai quand même envie de lister les choses dont je suis sûre à 99,9% qui ne réconforteront personne. 
 
Demander si ça va, quand tu n’es pas prêt.e à entendre la réponse. 
C’est rendre service à personne. Si tu me demandes comment ça va, alors que mes yeux sont encore rouges et que mon nez coule, c’est possible que je recommence à pleurer et que je t’explique ce qu’il se passe. C’est correct que tu ne sois pas capable de dealer avec ça, fais juste pas t’aventurer sur un terrain que tu ne veux pas réellement explorer. 
 
Raconter une situation similaire que tu as vécu, mais qui se termine super mal. 
Cool story bro. Maintenant, peux-tu juste en discuter avec quelqu’un qui va bien? 
 
Résumer de manière très factuelle devant la personne ce qu’on comprend de son état.
« Tu es triste. » Ok, mais ça je le savais déjà. Internalise l’information et reviens quand tu auras du nouveau. Merci. 
 
Banaliser la situation, peu importe la manière *créative* de le faire. 
La tristesse, c’est aussi légitime que le bonheur. Il faut l’accepter et juste passer au travers. Ça ne donne absolument rien de diminuer ce qu’une personne ressent : ce qui est banal pour quelqu’un peut être la fin du monde pour d’autres. 
 
Rassurez-vous, il n’y a pas eu que du négatif dans ma journée. J’ai la chance d’être entourée de plein d’humain.e.s qui s’en font pour moi et qui sont là quand mon petit univers crumble. Après mon top 4 des choses à ne pas faire, voici celles qui m’ont vraiment fait du bien.
 
Me parler d’autre chose.
Ça sonne banal, mais des fois, c’est le fun d’avoir une pause de tristesse. Surtout quand il n'y a pas de solutions à trouver et qu'il faut juste attendre que ça passe. 
 
Raconter une situation similaire que tu as vécu et qui se termine bien.
Savoir comment quelqu’un d’autre s’en est sorti positivement, c’est toujours cool. Je pense qu’il faut juste que ce soit raconté de manière à aider la personne triste plutôt que de s’approprier la tristesse en ramenant ça à soi. #Nuance

M'accompagner dans des activités que j'aime pour me changer les idées. 
J'ai passé mon jeudi soir avec ma meilleure amie (salut Anne!) au Carrefour Laval, avant de terminer le tout avec une bonne bouffe dans un resto qu'on aime beaucoup. (Ma tristesse prend moins de place quand mon ventre est plein de tartare et d'apérol spritz, c'est connu.)
 
Légitimer ce que je ressentais.
Un collègue m’a dit que c’était correct d’être triste. J’ai dit que je le savais, en m’excusant de pleurer encore. Il m’a juste répété (en insistant) que c’était OK que je me sente comme ça, avant de me demander si je voulais un câlin. Comme c’était senti, ça m’a vraiment fait du bien. Je me sentais confortée dans mes sentiments. 
 
En gros, maintenant, ça va mieux. Mon petit univers se stabilise et je vais recommencer à bâtir de belles choses, pis c’est vraiment grâce aux personnes qui ont su quoi dire quand ça n’allait pas.