+ Playlists

Comment survivre à vos entretiens d’embauche

Crédit photo : hercampus.com
Comment survivre à vos entretiens d’embauche
« Mademoiselle, c’est à vous… »

Je lisse une énième fois mes cheveux derrière mes oreilles. Je sers ma sacoche contre moi en priant le petit Jésus pour que le point que j’ai fait sur le décolleté de ma camisole Banana Republic tienne le coup. Je mets ma petite cheerleader interne à on : « Go get 'em, tiger! You can do this! », tout en essayant de faire taire la petite voix qui me dit qu’il y a sûrement 100 candidates plus expérimentées/éloquentes/avec du plus beau Cutex que moi. J’entre dans la salle et je tends une main que j’espère pas trop moite à mes intervieweurs…
 
 Crédit : jimmyfungus/tumblr
 
On ne se racontera pas de menteries : passer des entrevues, même (et surtout) si c’est pour la job de nos rêves, ce n’est jamais une partie de plaisir. Nous retrouver devant des inconnus qui sont là pour nous analyser, nous juger et nous comparer avec nos semblables, ça peut être une expérience stressante et difficile pour l’estime de soi.
 

Crédit : techrev42/imgur
 
C'est pourtant un passage obligé. La game qu'il faut jouer. Pour mettre du beurre de pinottes sur nos toasts, et peut-être même, espérons-le, trouver une job où l'on se sent à notre place
 
J'ai beau trouver ça difficile, je sais que je performe bien en entrevue. Je n’ai jamais eu un entretien d’embauche qui ne s’est pas soldé par une deuxième rencontre. Je me prépare de façon méthodique. Je répète les questions potentielles à voix haute. Je me fais une liste de mots-clés qui vont m’aider à garder le cap. Surtout, j’essaie de rester moi-même. Je me dis que je magasine pour le bon emploi autant qu'eux pour le bon employé. Si le fit est là, tant mieux, et sinon, ben tant pis.
 

Crédit : The Oatmeal

Aussi, c’est ben d’adon, le fait d’avancer en âge ne me donne pas seulement plus de chair à mon body mais aussi à mon CV. Ça devient alors plus facile de donner des exemples concrets et de prouver que je peux bien performer.
 
Or, cette fois, et pour différentes raisons, le fait de devoir convaincre que j’étais la PLUS MEILLEURE EMPLOYÉE AU MONDE m’a demandé pas mal plus que je ne pouvais l’imaginer. J’ai donc fait appel au #TPLSupportCrew pour de petits trucs qui m’ont aidée à survivre à une semaine intensive d’entretiens.

Je vous fais part de ce qui a bien marché :
  • Écouter des tounes feel-good/girl power sur YouTube. – Catherine L
    Chanter Adele à pleins poumons un vendredi midi a peut-être fait sacrer mes voisins, mais ça m’a décoincé le diaphragme sur un temps rare!
  • Faire la liste de toutes mes réalisations de la dernière année. – Daphné
  • Laisser faire les vêtements compliqués dans lesquels je ne me sens pas moi-même (Roosa m'a même envoyé de parfaits petits kits sur Messenger).
  • Demander à une amie qui travaille dans le même domaine de m’aider à pratiquer mes questions d’entrevue.
  • Revisiter une réalisation dont je suis fière.
  • Fake it 'til you make it Catherine L.
  • Faire le ménage de ma sacoche.
  • Prendre un shooter. (NOT) merci, Jeanne Séguin. Je me suis contentée de tisane. Je ne dis pas que je n’en ai pas pris un après par contre! 
  • ​Et celui qui a le mieux marché : penser à tous les gens qui m’aiment et qui pensent à moi. –Menahan
Pis pis, est-ce que je l'ai eu, le poste? Disons seulement que je vous ferai peut-être un billet sur « Comment survivre à sa première semaine de travail » la prochaine fois! Huhu!

Est-ce que ça vous stresse de passer des entrevues? Quels sont vos meilleurs trucs pour bien gérer ça?

P.-S. Il fallait que je vous dise : j'ai glissé dans une flaque de vomi et je me suis étalée sur le trottoir 10 minutes avant ma première entrevue! GUYS : j'avais de petites roches dans ma main et j'essayais de ne pas trop grimacer en serrant celle de l'intervieweur! Ça ne s'invente pas!