+ Playlists

Paver le chemin vers l’estime de soi avec Marie-Ève Lamontagne

Crédit photo : Freestocks.org
Paver le chemin vers l’estime de soi avec Marie-Ève Lamontagne
Petite fille, Marie-Ève Lamontagne croyait qu’elle était un extraterrestre. Difficile d’approche, anxieuse et cherchant l’isolement, elle a longtemps cru que le mal-être envahissant qu’elle ressentait était normal. Celle qui a ensuite travaillé pendant 9 ans à TQS a d’abord tenté de combler le vide qu’elle ressentait par le zèle qu’elle manifestait au travail.

Bien vite, efficacité est devenu synonyme de considération, de valeur. Jusqu’à ce qu’en 2013, après avoir surmonté deux épisodes d’épuisement professionnel, son corps et son esprit ont tout simplement crié « NON ».

Aujourd’hui, suite à un long travail de reconnexion avec elle-même et afin de s’extirper de ce qu’elle décrit comme sa « nuit noire de l’âme », Marie-Ève a trouvé sa mission de vie : aider les autres dans la quête d'estime personnelle et, parallèlement, de leur bien-être.

Selon elle, les problèmes d’estime de soi se manifestent par un sentiment de manque, de ne pas « être assez ». Freins indubitables au succès, qu’il soit professionnel ou personnel, les carences en estime assaillent autant les hommes que les femmes. Le nœud du problème : nous ne mettons pas suffisamment d’énergie à nous prioriser, à nous connaître et à nous accepter, peu importe les événements qui surgissent dans notre vie.
L'échelle Lamontagne - Ton Petit LookMarie-Ève et le bracelet qui accompagne l'Échelle Lamontagne, créé pour se remémorer nos luttes du moment.
Crédit : Tatiana St-Louis

Reconnaissant qu’il s’agit d’une lutte quotidienne, Marie-Ève a créé L’échelle Lamontagne, à la fois philosophie et outil mnémotechnique pour garder sur le plan conscient les aspects de notre vie dans lesquels nous sommes les plus vulnérables. Le bracelet qui accompagne l’échelle permet de se remémorer les luttes du moment, que ce soit au niveau de la vie familiale, professionnelle ou sociale ou encore de la beauté physique, de la vie amoureuse, de la santé du corps et de l’esprit ou de l’argent et des biens matériels. Avant tout, le bracelet se veut être un rappel à l’amour de soi et à la compassion. Pour ceux qui connaissent, c’est un concept un peu similaire au Self Love Club.

Celle qui prône l’authenticité à tous les niveaux reconnaît qu’il y a beaucoup de travail à faire, surtout dans le contexte social actuel qui fait miroiter des images souvent distordues de la réalité et du bonheur. Ayant travaillé longtemps dans le monde des médias, elle sait que ce qui se cache derrière les caméras est loin d’être aussi glamour. D’où la nécessité de reprendre contact avec soi-même, car ce n’est qu’en se connaissant mieux qu’il est possible de s’aimer vraiment.

Afin de partager son expérience et de continuer son travail de sensibilisation, Marie-Ève publiera son premier livre aux éditions ADA au début de 2017. Parallèlement, elle continue à donner sa conférence « Du mal-être à l’estime de soi » à travers le Québec. Et enfin, le 25 octobre prochain, elle organise la Journée de l’estime de soi, grâce à laquelle elle espère « créer une vague d’amour et de compassion envers soi-même comme envers autrui ». 

Pour suivre Marie-Ève Lamontagne, visitez son site Web et sa page Facebook.